Accueil Économie Consommation

Pénurie d’électricité: «L’indisponibilité des réacteurs est d’une ampleur inédite», annonce Elia

L’approvisionnement en électricité pour le mois de novembre s’annonce critique, mais la situation pourrait se prolonger jusqu’à la fin de l’hiver.

Temps de lecture: 2 min

Selon l’analyse d’Elia transmise en début de semaine à la ministre de l’Énergie Marie-Christine Marghem, une capacité supplémentaire de 1.600 à 1.700 MW est nécessaire pour contrer le risque de pénurie d’électricité cet hiver. Le mois de novembre est le plus critique.

À lire aussi Risque de pénurie d’électricité: six points pour comprendre

Pour Elia, la situation « est d’une ampleur inédite ». « Avec l’indisponibilité inattendue et pour une longue durée des réacteurs Doel 1, Doel 2, Tihange 2 et Tihange 3, ce sont 3.000 mégawatts (MW) de capacité nucléaire qui disparaissent jusqu’à mi-décembre », affirme le gestionnaire du réseau de transport d’électricité. « La sécurité d’approvisionnement n’est pas garantie pour le mois de novembre ».

Entre-temps, Marie Christine Marghem a annoncé avoir trouvé 750 MW de capacités supplémentaires. Mais ceux-ci ne seront pas suffisants. Il manquera encore environ 1.000 MW.

Un manque jusqu’en février ?

Au mois de novembre, six des sept réacteurs nucléaires seront à l’arrêt. Seul le réacteur Doel 3 sera opérationnel. Mais leur redémarrage est conditionné au feu vert du gendarme nucléaire. On ne peut dès lors pas exclure un arrêt plus long, ce qui prolongerait la crise. Et maintiendrait le risque de pénurie d’électricité en janvier et février à un niveau totalement inédit.

Elia dit collaborer activement avec les parties responsables à la recherche et à l’élaboration de solutions adéquates.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Bartet Guy, jeudi 27 septembre 2018, 19:35

    A-t-on pris en compte le scénario où Doel 3 tombe en panne durant cette même période critique ? En repassant en revue le passé récent, c'était un des réacteurs les moins fiables

  • Posté par Poels Jean-pierre, jeudi 27 septembre 2018, 15:54

    Il faut 10 ans pour qu'une centrale thermique (gaz) de la dernière génération (filtres) produise du courant, 20 à 25 ans (quand tout va bien) pour une centrale nucléaire. Il a été décidé de prolonger nos centrales nucléaires jusqu'en 2025. Nous sommes en fin 2018. On fait quoi dans 6/7 ans? On décide quand?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb