Peste porcine africaine: les vétérinaires s’étonnent de ne pas être consultés

Peste porcine africaine: les vétérinaires s’étonnent de ne pas être consultés

Tous les secteurs concernés par la peste porcine africaine (PPA) sont consultés par le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme sauf les vétérinaires praticiens, s’étonne jeudi l’Union professionnelle vétérinaire (UPV). Le mouvement professionnel s’était pourtant préparé à l’épidémie, qui sévit notamment en Europe de l’Est et en Chine, et aurait pu répondre à certaines interrogations sur l’efficacité des différentes mesures envisagées, assure-t-il.

« Chargés de la biosécurité et du diagnostic des pathologies infectieuses ou autres au sein des élevages, les vétérinaires sont en première ligne en cas d’épidémie et nous suivons l’évolution de la maladie depuis huit ans », souligne l’UPV.

L’organisation regrette dès lors de ne pas avoir été consultée, notamment au sujet des mesures à prendre pour lutter contre l’expansion du virus. « Nous pouvons répondre pertinemment à certaines questions, encore faut-il que l’on fasse appel à nos compétences », pointe-t-elle.

Virus résistant

Selon l’union professionnelle, l’abattage des 4.000 porcs sains à l’intérieur de la zone de sécurité est ainsi essentiel pour éviter la dissémination de la PPA sur tout le territoire. « D’après la progression dans les pays d’Europe orientale depuis 2011, lorsque les sangliers sont atteints, la contamination des porcs domestiques est inévitable. C’est juste une question de temps » car le virus est très résistant et parce qu’il y a toujours une faille malgré les précautions sanitaires, affirme-t-elle.

L’organisme préconise également d’utiliser le camp militaire de Lagland, à l’intérieur de la zone de confinement, comme base pour éradiquer les sangliers qui évoluent dans ces 63.000 ha. Le recours aux chasseurs pour les tuer est écarté par les vétérinaires, qui citent en exemple l’échec de cette technique en Roumanie.

Quant à clôturer la zone, l’initiative « peut certes rassurer les partenaires étrangers de la filière porcine belge, mais ses résultats sont hypothétiques », conclut l’UPV.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite