Accueil Économie Consommation

Puissance, plan de délestage…: tout comprendre sur le nucléaire en Belgique

Pour la première fois, la Belgique devra traverser le mois de novembre avec un seul réacteur nucléaire opérationnel.

Temps de lecture: 2 min

Combien d’heures de pénurie d’électricité risque-t-on ? Quelle est la capacité à trouver pour éviter tout délestage (les coupures de courant volontaires) ? Les premiers chiffres sont tombés. Il manque environ 1.000 MW pour pouvoir passer l’hiver à l’abri des coupures de courant.

Pour la première fois, la Belgique devra traverser le mois de novembre avec un seul réacteur nucléaire opérationnel. Une situation totalement inédite. A l’heure actuelle, il n’y en a déjà plus que deux qui carburent : Doel 3 et Tihange 1. Mais du 20 octobre au 29 novembre, Tihange 1 sera à l’arrêt. Durant ce laps de temps, aucun autre réacteur ne reviendra sur le marché. Car ils sont tous empêtrés dans des problèmes de sûreté (fuites, vices de construction, béton qui s’effrite).

Et alors qu’Electrabel tablait, jeudi dernier, sur le retour imminent de Tihange 2 et Tihange 3, l’énergéticien a annoncé vendredi que les arrêts dureraient bien plus longtemps que prévu (respectivement jusqu’au 31 mai et 1er mars).

Ci-dessous, l’importance du parc nucléaire en Belgique et les périodes de productions des différents réacteurs

Alors, se pose évidemment la question du risque de pénurie d’électricité (improprement appelé « black-out »). Ne risque-t-on pas d’être très juste en novembre ? Trop juste ? Selon Elia, « en novembre, la sécurité d’approvisionnement n’est pas garantie », ou « on ne peut pas exclure l’activation du plan de délestage ».

Plan de délestage ? L’ultime solution, en cas de pénurie d’électricité, c’est d’activer le plan de délestage. Ce plan détermine quelles sont les zones qui seront volontairement privées de courant, pour éviter tout déséquilibre qui pourrait faire sauter l’ensemble du réseau. Autrement dit : on en plonge certaines dans le noir pour éviter une panne nationale (le fameux black-out). Quelles parties ? Faites le test pour voir si votre commune est concernée.

Le plan de délestage

Voir la carte sur mobile

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Jules Horowitz, jeudi 27 septembre 2018, 22:38

    Les pays européens du nord qui n'ont pas ou peu recours au nucléaire, ont d'autres ressources: gaz pour les hollandais, charbon pour les allemands et polonais, gaz et pétrole pour le royaume-uni, mais nous, nous n'avons pas ces ressources là. Les capacités d'importation sont limitées. Eolien et PV ont des intérêts, mais ne prendront jamais le relais, car elles ne sont pas pilotables. Ces ENR viennent se surajouter à la production classique, mais on ne peut compter dessus en hiver. C'est un peu décevant, triste pour les anti nucléaires, mais c'est la vie comme ça.

  • Posté par Vigneron Gérard, jeudi 27 septembre 2018, 16:16

    Article à transmettre de toute urgence à notre juriste Madame la Ministre -- Merci

  • Posté par Poels Jean-pierre, jeudi 27 septembre 2018, 15:54

    Il faut 10 ans pour qu'une centrale thermique (gaz) de la dernière génération (filtres) produise du courant, 20 à 25 ans (quand tout va bien) pour une centrale nucléaire. Il a été décidé de prolonger nos centrales nucléaires jusqu'en 2025. Nous sommes en fin 2018. On fait quoi dans 6/7 ans? On décide quand?

  • Posté par Jules Horowitz, jeudi 27 septembre 2018, 22:29

    En fait, ils savent sans doute que doel 4 et thiange 3 devront être prolongés encore 10 ans; il n'y a pas d'autre solutions.

Sur le même sujet

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko