Italie: accord au sein du gouvernement sur «le budget du changement»

Luigi Di Maio 
: «
Je prétends du ministre de l’Economie qu’il trouve les financements pour les Italiens qui sont en grande difficulté. Le  budget du peuple  aura 2,4
% de déficit.
»
Luigi Di Maio : « Je prétends du ministre de l’Economie qu’il trouve les financements pour les Italiens qui sont en grande difficulté. Le budget du peuple aura 2,4 % de déficit. » - Reporters

La coalition populiste au pouvoir en Italie s’est mise d’accord sur un déficit à 2,4% du PIB, ont annoncé jeudi les dirigeants des deux partis de la coalition dans une déclaration commune.

«Accord conclu avec tout le gouvernement sur 2,4%. Nous sommes satisfaits, c’est le budget du changement», ont indiqué les deux vice-premiers ministres Matteo Salvini et Luigi Di Maio, dans ce texte cité par les agences italiennes.

Ce chiffre est très au-dessus des 0,8% sur lequel s’était engagé le précédent gouvernement de centre-gauche italien.

Il est donc très probable qu’il entraîne de vives réactions sur les marchés financiers et des tensions avec la Commission européenne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite