Communales 2018: Bart De Wever perdrait sa coalition favorite à Anvers, selon un sondage

Communales 2018: Bart De Wever perdrait sa coalition favorite à Anvers, selon un sondage

Si l’on votait maintenant aux communales à Anvers, la N-VA du bourgmestre Bart De Wever resterait le plus grand parti de la métropole mais n’aurait plus la possibilité de former une majorité avec ses partenaires actuels, l’Open Vld et le CD&V, selon un sondage publié vendredi dans Het Nieuwsblad.

Les nationalistes flamands perdraient 7,8 points de pourcentage, pour redescendre juste en dessous des 30% (29,9%).

Les écologistes de Groen connaîtraient une forte percée (19,2%, +11,3), tandis que le sp.a - avec qui les Verts de Wouter Van Besien avaient prévu de faire liste commune avant d’y renoncer - serait à 16%.

Les socialistes, qui ont dominé Anvers pendant des décennies avant d’être renversés par le président de la N-VA en 2012, avaient glané 28,6% aux dernières communales lorsqu’ils étaient en cartel avec le CD&V.

Ce dernier, emmené par le vice-Premier ministre Kris Peeters, recueillerait un petit 7,1% et l’Open Vld du secrétaire d’État Philippe De Backer 5,8% (+0,3). Le PTB (PVDA) de Peter Mertens serait lui à 8,3% (+0,3) et le Vlaams Belang de Filip Dewinter à 11,6% (+1,4).

« Cordon sanitaire »

Dans ces conditions, la formation d’une majorité à Anvers, que certains voient comme un indice de ce qui pourrait émerger aux niveaux flamand et fédéral, s’annonce très compliquée.

Outre le cordon sanitaire autour du VB, Bart De Wever a déjà averti qu’il ne gouvernerait pas avec le PTB, ce que le CD&V et l’Open Vld ne souhaitent pas non plus, tandis que Groen a lancé une exclusive sur la N-VA.

«Mission impossible», titre dès lors Het Nieuwsblad, en français dans le texte. Le quotidien explore toutefois les scénarios d’une coalition N-VA/Groen ou N-VA/sp.a.

Le sondage a été mené en ligne du 17 au 24 septembre derniers auprès d’un échantillon représentatif de 1.586 Anversois, avec une marge d’erreur de 2,6%.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite