Accueil Économie Mobilité

Le modèle Ryanair: vices et vertus du tout au privé

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 2 min

La grève qui se déroule ce vendredi chez Ryanair est un événement. Dans une entreprise qui minimise les droits des travailleurs en jouant sur un chantage salarial et social intra-européen, la constitution d’un front commun transfrontières rétablit un rapport de forces nécessaire. Interrogée récemment lors d’une conférence au parlement bruxellois, la commissaire aux Affaires sociales Marianne Thyssen reconnaissait que dans ce conflit, les syndicats jouaient un rôle de pression complémentaire à celui de la Commission, plus démunie pour faire respecter les droits sociaux que ceux de la concurrence. La commissaire belge rejoignait d’ailleurs les syndicats dans leur exigence, via cette grève, de faire appliquer dès maintenant les lois locales en fonction du lieu de travail, et non la seule législation irlandaise.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs