Accueil Société

A Marche-en-Famenne, une prison d’un autre genre

A la prison de Marche, détenus et détenues se côtoient quotidiennement. Et plus si affinités. Une mixité basée sur la confiance et le contrôle social. En cinq ans, aucun incident n’est arrivé aux oreilles de la direction : un modèle sans faille ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Depuis son ouverture, en octobre 2013, Marche-en-Famenne impose un régime carcéral semi-ouvert basé sur la confiance. Le deal est clair : s’il respecte le règlement, qu’il se tient à carreau, le détenu est admis aux activités sportives, aux formations ou à l’atelier de travail. S’il fait des vagues, il passe plus de temps en cellule.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Camal André, samedi 29 septembre 2018, 18:24

    Se sentir utile et respecté. Que demander de plus?

  • Posté par Anne Lacourt, samedi 29 septembre 2018, 17:57

    Si on veut que ces gens puissent se reinserer dans la vie normale, pourquoi ne pas les mettre dans une prison ou la vie se rapproche de la vie normale. Je suis sure que dans un tel microcosme la selection quant a ceux qui peuvent vivre ainsi ou non se fait tres rapidement!

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs