Accueil Monde Europe

To be or not to be Macédoine… du Nord

La question est ultra-émotionnelle et la société est divisée : les Macédoniens se prononcent par référendum sur un changement de nom du pays, censé lui ouvrir les portes de l’Otan et de l’UE. Reportage.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 10 min

Depuis Skopje, Tetovo

C ’est fou ! »

Zoran Zaev, le Premier ministre, vient de clôturer son ultime meeting. Il est passé 21 heures, ce jeudi soir. A minuit, débute une période de 48 heures de silence, avant le référendum crucial de dimanche. Nous sommes à Tetovo, la « capitale » officieuse de la minorité albanaise, 20 à 25 % de la population macédonienne, à l’ouest de Skopje.

Zaev quitte la scène. Le chef du gouvernement a scellé un accord historique le 17 juin avec Alexis Tsipras, son homologue grec : deux jeunes quadras, pro-européens, débarrassés du nationalisme. Zaev se dirige vers le cortège de limousines.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Steen Willy, dimanche 30 septembre 2018, 11:01

    Pourquoi la Grèce refuse-t'elle ce nom de Macédoine pour la raison que c'est le nom d'une de ses provinces? Elle n'a qu'à faire comme nous : nous avons une province de Luxembourg et un état à côté qui est le Luxembourg! Ça n'a jamais posé de problème!

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs