50 millions de comptes Facebook piratés: comment savoir si vous êtes concernés

Mark Zuckerberg © Reuters
Mark Zuckerberg © Reuters

Quelque 50 millions de comptes Facebook ont été piratés en raison d’une faille de sécurité, a révélé vendredi le réseau social.

1.

Est-ce grave ?

« La faille a été réparée hier (jeudi) soir », a indiqué vendredi le patron de Facebook Mark Zuckerberg, qui a personnellement participé à une conférence téléphonique avec des journalistes pour faire le point sur la situation.

« Nous ne savons pas si ces comptes ont été utilisés de façon malveillante », a-t-il expliqué, ajoutant que les investigations étaient en cours. Facebook a précisé « travailler » avec la police fédérale américaine, le FBI.

« C’est un problème très sérieux », a répété à de nombreuses reprises le jeune PDG, qui avait été critiqué vertement plusieurs fois ces derniers mois pour avoir tardé à réagir lors de crises précédentes.

2.

À quelles données ont eu accès les pirates ?

Selon Facebook, « presque 50 millions de comptes ont été affectés directement », c’est-à-dire que les pirates ont pu accéder à leurs informations figurant sur leurs profils (noms, genre, ville…), grâce au piratage de la fonctionnalité « Voir en tant que », permettant de regarder son propre profil comme si on était un autre utilisateur.

Mark Zuckerberg a expliqué que la faille avait été découverte mardi après que les équipes techniques du groupe eurent remarqué un « pic d’activité » dans les connexions.

« Un attaquant a exploité une vulnérabilité technique pour voler des outils d’accès permettant de se loger dans le compte Facebook d’environ 50 millions de comptes », a-t-il indiqué.

Ces outils (« tokens » en anglais) permettent aux usagers de se reconnecter automatiquement à leur compte.

À la connaissance de Facebook, les pirates ont pu accéder à des données figurant dans les profils, mais sans que l’on sache ce qu’ils en avaient fait ou comptaient en faire.

3.

Devez-vous changer de mot de passe ?

Les pirates «  ont pu utiliser le compte comme s’ils en étaient les titulaires », a relevé Guy Rosen lors de la conférence téléphonique, haut responsable du groupe, en charge du « Management produit ».

« Nous sommes désolés », a-t-il ajouté, précisant ne pas savoir qui était derrière l’attaque.

Pour autant, selon les premières constatations du groupe, ils ne se sont, semble-t-il, pas servi de cette faille pour mettre des publications sur les comptes piratés, ni accéder aux messages privés mais le groupe continue à investiguer.

Selon le premier réseau social du monde, les mots de passe n’ont pas été compromis, pas plus que des informations de cartes de crédit.

4.

Qui est concerné ?

Pour l’heure, Facebook a suspendu la fonctionnalité « Voir en tant que » jusqu’à nouvel ordre et a déconnecté les 50 millions de comptes piratés, conduisant leurs titulaires à devoir se « connecter » à nouveau.

Facebook a étendu cette mesure, « par précaution », à 40 millions de comptes supplémentaires, dont la fonctionnalité « Voir en tant que » a été utilisée récemment.

Sur le même sujet
Scandale FacebookPolice
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite