50 millions de comptes Facebook piratés: comment savoir si vous êtes concernés

Mark Zuckerberg © Reuters
Mark Zuckerberg © Reuters

Quelque 50 millions de comptes Facebook ont été piratés en raison d’une faille de sécurité, a révélé vendredi le réseau social.

1.

Est-ce grave ?

« La faille a été réparée hier (jeudi) soir », a indiqué vendredi le patron de Facebook Mark Zuckerberg, qui a personnellement participé à une conférence téléphonique avec des journalistes pour faire le point sur la situation.

« Nous ne savons pas si ces comptes ont été utilisés de façon malveillante », a-t-il expliqué, ajoutant que les investigations étaient en cours. Facebook a précisé « travailler » avec la police fédérale américaine, le FBI.

« C’est un problème très sérieux », a répété à de nombreuses reprises le jeune PDG, qui avait été critiqué vertement plusieurs fois ces derniers mois pour avoir tardé à réagir lors de crises précédentes.

2.

À quelles données ont eu accès les pirates ?

Selon Facebook, « presque 50 millions de comptes ont été affectés directement », c’est-à-dire que les pirates ont pu accéder à leurs informations figurant sur leurs profils (noms, genre, ville…), grâce au piratage de la fonctionnalité « Voir en tant que », permettant de regarder son propre profil comme si on était un autre utilisateur.

Mark Zuckerberg a expliqué que la faille avait été découverte mardi après que les équipes techniques du groupe eurent remarqué un « pic d’activité » dans les connexions.

« Un attaquant a exploité une vulnérabilité technique pour voler des outils d’accès permettant de se loger dans le compte Facebook d’environ 50 millions de comptes », a-t-il indiqué.

Ces outils (« tokens » en anglais) permettent aux usagers de se reconnecter automatiquement à leur compte.

À la connaissance de Facebook, les pirates ont pu accéder à des données figurant dans les profils, mais sans que l’on sache ce qu’ils en avaient fait ou comptaient en faire.

3.

Devez-vous changer de mot de passe ?

Les pirates «  ont pu utiliser le compte comme s’ils en étaient les titulaires », a relevé Guy Rosen lors de la conférence téléphonique, haut responsable du groupe, en charge du « Management produit ».

« Nous sommes désolés », a-t-il ajouté, précisant ne pas savoir qui était derrière l’attaque.

Pour autant, selon les premières constatations du groupe, ils ne se sont, semble-t-il, pas servi de cette faille pour mettre des publications sur les comptes piratés, ni accéder aux messages privés mais le groupe continue à investiguer.

Selon le premier réseau social du monde, les mots de passe n’ont pas été compromis, pas plus que des informations de cartes de crédit.

4.

Qui est concerné ?

Pour l’heure, Facebook a suspendu la fonctionnalité « Voir en tant que » jusqu’à nouvel ordre et a déconnecté les 50 millions de comptes piratés, conduisant leurs titulaires à devoir se « connecter » à nouveau.

Facebook a étendu cette mesure, « par précaution », à 40 millions de comptes supplémentaires, dont la fonctionnalité « Voir en tant que » a été utilisée récemment.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Scandale Facebook|Police
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite