Accord sur le budget wallon: pas de nouvelles taxes

Willy Borsus © Le Soir/Dominique Duchesnes
Willy Borsus © Le Soir/Dominique Duchesnes

Le gouvernement wallon a présenté, samedi matin, un budget 2019 « à l’équilibre », basé sur une diminution des dépenses publiques « sans porter atteinte aux politiques prioritaires » et sur des recettes « qui n’impactent pas le pouvoir d’achat » des Wallons, s’est réjoui le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR).

Pas de nouvelles taxes

Entamé jeudi après-midi, le conclave budgétaire a atterri dans la nuit de vendredi à samedi. « Ce retour à l’équilibre dès 2019, sans nouvelle taxe, va au-delà de nos engagements », a de son côté souligné le ministre-président wallon, Willy Borsus.

En chiffres, l’exécutif régional fait état d’une évolution réelle des recettes de 327 millions d’euros par rapport au budget initial 2018 et de 354 millions par rapport à l’ajustement 2018. Au total, les recettes s’élèvent à 13,819 milliards d’euros.

Les dépenses, elles, se montent à 15,078 milliards pour un solde brut à financer de 1,259 milliard.

Pour y parvenir et permettre un retour à l’équilibre, les travaux budgétaires ont notamment porté sur le financement des UAP (unités d’administration publique) et du SPW (service public de Wallonie) tant en termes de fonctionnement (-3 %) que de rémunérations (-1 %), sur la gestion du parc immobilier, sur une réduction des subventions facultatives et sur la gestion de la dette. Un monitoring plus précis des besoins a également été réalisé, permettant de dégager quelque 50 millions d’euros.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite