Accueil Culture Scènes

Un «Agneau mystique» tendre et saignant pour Milo Rau

Milo Rau frappe un coup magistral avec sa première pièce en tant que directeur du NTGent. Dégoupillant toutes les polémiques suscitées par son projet (appel à djihadiste et abattage de mouton prévu sur scène), Milo Rau créé un « Agneau Mystique » d’anthologie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il fallait toute l’inconscience d’un Milo Rau pour débarquer de Suisse à Gand et s’emparer d’une œuvre symbolique de la culture belge en guise d’intronisation au NTGent et dans le cœur des Gantois. Avec L’Agneau Mystique, célèbre retable des frères Van Eyck, le metteur en scène a choisi un sommet pictural du Moyen-Age, passage obligé des manuels scolaires et des livres d’art, et matière a priori pas très folichonne avec son iconographie classique et ses figures bibliques – Dieu le Père, la Vierge, Saint-Jean-Baptiste, Adam et Eve – aux côtés d’une foule d’autres personnages, des pèlerins aux anges, en passant par le mécène du tableau.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par ROUSSEL Chantal, lundi 1 octobre 2018, 12:29

    je dois me tromper itou ....et moi aussi cela me pose question mais ça doit être "l’humanisme de Milo Rau " !

  • Posté par Delvoye Denis, dimanche 30 septembre 2018, 21:01

    Je me trompe....ou il y a de jeunes enfants en train de regarder un couple qui repeuple le monde.... Là, je perds mes repères.

  • Posté par Delvoye Denis, dimanche 30 septembre 2018, 21:01

    Je me trompe....ou il y a de jeunes enfants en train de regarder un couple qui repeuple le monde.... Là, je perds mes repères.

  • Posté par Delvoye Denis, dimanche 30 septembre 2018, 21:01

    Je me trompe....ou il y a de jeunes enfants en train de regarder un couple qui repeuple le monde.... Là, je perds mes repères.

Aussi en Scènes

Emilie Guillaume se raconte dans «Kung-Fu»

D’habitude, elle préfère l’ombre, chorégraphiant les combats de scène du répertoire classique. Mais cette fois, dans « Kung-Fu », Emilie Guillaume se pose dans la lumière pour raconter son parcours, une histoire d’émancipation qui cogne, au nunchaku, dans le sexisme, la bêtise, la peur.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs