Emmanuel Macron dédramatise une photo controversée avec un jeune à Saint-Martin

Emmanuel Macron dédramatise une photo controversée avec un jeune à Saint-Martin

Emmanuel Macron a tenté de dédramatiser dimanche une photo controversée prise à Saint-Martin avec un jeune faisant un geste déplacé. La photo, prise samedi lors d’une déambulation d’Emmanuel Macron sur l’île et sur laquelle le président pose aux côtés de deux jeunes, dont un fait un doigt d’honneur, a été rapidement retweetée dimanche par Marine Le Pen, qui a dénoncé une image «impardonnable».

Interrogé sur ce cliché dimanche lors d’un point presse à Baie Orientale, le chef de l’Etat a assuré qu’il «aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises».

«Ce qui fait que je me suis battu pour être élu face à Marine Le Pen et que je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises, parce que bien souvent, parce que c’est un enfant de la République, il n’a pas choisi l’endroit où il est né, et il n’a pas eu la chance de ne pas en faire», a réagi M. Macron, applaudi, lors du point presse.

Il a raconté qu’après cette photo, les deux jeunes qui y figurent avaient porté une jeune fille handicapée qui souhaitait l’embrasser. Ils ont «été capables de faire ça car je les ai regardés avec confiance, parce que je les ai respectés. C’est ça la République», a-t-il ajouté.

Le premier jeune sur la photo, chez qui il s’était invité, est récemment sorti de prison pour braquage et il l’avait enjoint samedi à trouver du travail. Le second, qui fait le geste déplacé, «est en CAP, il fait des études», a précisé M. Macron dimanche.

« Je ne vais pas changer »

Il a souligné que son «objectif, c’est d’aider cette jeunesse». «On ne tirera rien des discours de haine», a-t-il poursuivi, et «il faut arrêter de penser que notre jeunesse, parce qu’elle est d’une certaine couleur ou à un moment a fait des bêtises, il n’y a rien à en tirer», a-t-il insisté.

«Marine Le Pen n’est pas avec le peuple», a-t-il encore dit. «Marine Le Pen, c’est l’extrême droite, et l’extrême droite ce n’est pas le peuple. Je suis président de la République et je ne laisserai à personne le peuple», a assuré Emmanuel Macron.

Le président a par ailleurs assumé ses propos à l’adresse d’un jeune horticulteur au chômage mi-septembre, auquel il avait conseillé de se réorienter dans la restauration, en manque de bras. «Ce jeune homme, j’avais raison de lui dire ça (...) Je regrette si parfois c’est mal compris mais je ne regrette pas de le dire».

«Je suis fait comme ça, je suis désolé je ne vais pas changer, je ne vais pas faire de mea culpa», a-t-il dit. «Je m’emporte parfois avec les gens parce que je suis naturel», a-t-il ajouté, en disant les «aim(er)» et en assurant qu’il ne «va pas (s’)arrêter d’aller au contact».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les avortements jusqu’à 18 semaines reposent la question de la formation

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite