Emmanuel Macron dédramatise une photo controversée avec un jeune à Saint-Martin

Emmanuel Macron dédramatise une photo controversée avec un jeune à Saint-Martin

Emmanuel Macron a tenté de dédramatiser dimanche une photo controversée prise à Saint-Martin avec un jeune faisant un geste déplacé. La photo, prise samedi lors d’une déambulation d’Emmanuel Macron sur l’île et sur laquelle le président pose aux côtés de deux jeunes, dont un fait un doigt d’honneur, a été rapidement retweetée dimanche par Marine Le Pen, qui a dénoncé une image «impardonnable».

Interrogé sur ce cliché dimanche lors d’un point presse à Baie Orientale, le chef de l’Etat a assuré qu’il «aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises».

«Ce qui fait que je me suis battu pour être élu face à Marine Le Pen et que je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’aime chaque enfant de la République, quelles que soient ses bêtises, parce que bien souvent, parce que c’est un enfant de la République, il n’a pas choisi l’endroit où il est né, et il n’a pas eu la chance de ne pas en faire», a réagi M. Macron, applaudi, lors du point presse.

Il a raconté qu’après cette photo, les deux jeunes qui y figurent avaient porté une jeune fille handicapée qui souhaitait l’embrasser. Ils ont «été capables de faire ça car je les ai regardés avec confiance, parce que je les ai respectés. C’est ça la République», a-t-il ajouté.

Le premier jeune sur la photo, chez qui il s’était invité, est récemment sorti de prison pour braquage et il l’avait enjoint samedi à trouver du travail. Le second, qui fait le geste déplacé, «est en CAP, il fait des études», a précisé M. Macron dimanche.

« Je ne vais pas changer »

Il a souligné que son «objectif, c’est d’aider cette jeunesse». «On ne tirera rien des discours de haine», a-t-il poursuivi, et «il faut arrêter de penser que notre jeunesse, parce qu’elle est d’une certaine couleur ou à un moment a fait des bêtises, il n’y a rien à en tirer», a-t-il insisté.

«Marine Le Pen n’est pas avec le peuple», a-t-il encore dit. «Marine Le Pen, c’est l’extrême droite, et l’extrême droite ce n’est pas le peuple. Je suis président de la République et je ne laisserai à personne le peuple», a assuré Emmanuel Macron.

Le président a par ailleurs assumé ses propos à l’adresse d’un jeune horticulteur au chômage mi-septembre, auquel il avait conseillé de se réorienter dans la restauration, en manque de bras. «Ce jeune homme, j’avais raison de lui dire ça (...) Je regrette si parfois c’est mal compris mais je ne regrette pas de le dire».

«Je suis fait comme ça, je suis désolé je ne vais pas changer, je ne vais pas faire de mea culpa», a-t-il dit. «Je m’emporte parfois avec les gens parce que je suis naturel», a-t-il ajouté, en disant les «aim(er)» et en assurant qu’il ne «va pas (s’)arrêter d’aller au contact».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

  2. 10767242-002-GJND0JDBD.1

    Les entreprises gavent-elles trop leurs actionnaires en dividendes?

  3. Geert Pauwels. © Kempenaerts

    Geert Pauwels: «Le transport de fret ferroviaire est une des solutions pour le climat»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite