Des militants séparatistes bloquent routes et trains en Catalogne (photos et vidéo)

Dans cet article

Des militants séparatistes catalans ont bloqué lundi une voie de train à grande vitesse, des autoroutes et des artères de Barcelone lundi pour le premier anniversaire d’un référendum d’autodétermination interdit qui avait donné lieu à des violences policières.

«  La voie de train à grande vitesse a été bloquée à Girone à 100 km au nord-est de Barcelone, les voies étant occupées », a annoncé la compagnie des chemins de fer Renfe. Les télévisions diffusent des images de militants des Comités de défense de la République qui réclament la rupture avec Madrid, descendant sur les voies ou bloquant les routes. La régie du réseau routier a confirmé des coupures des autoroutes A7, entre Barcelone et Valence, et A2, qui relie la métropole catalane à Madrid.

« Ni oubli ni pardon »

Les CDR avaient appelé à des manifestations dimanche sur les réseaux sociaux, sous le slogan «  Ni oubli ni pardon » et ont mis en ligne des photos des barrages de pneus dressés sur les autoroutes pour bloquer la circulation. Les militants bloquent aussi des artères de Barcelone et de Lerida, à 165 km à l’ouest de Barcelone, selon la télévision catalane.

Ces actions coup de poing illustrent les divisions entre les séparatistes dont certains, comme les CDR, reprochent au gouvernement régional de Quim Torra, indépendantiste pur et dur, de ne pas braver l’autorité de l’État espagnol.

Des militants radicaux avaient affronté samedi à la police régionale à Barcelone, dans des heurts qui ont fait une trentaine de blessés. La CUP, parti séparatiste d’extrême gauche, avait ensuite réclamé la démission du responsable de l’Intérieur du gouvernement régional, Miquel Buch qui leur avait reproché le recours à la violence.

Le référendum interdit du 1er octobre 2017, que la police nationale avait tenté d’empêcher dans des interventions brutales, avait été suivi le 27 d’une proclamation d’indépendance de la Catalogne par les députés séparatistes au parlement régional.

Le gouvernement espagnol avait immédiatement mis la région sous tutelle, dissolvant le parlement et démettant le gouvernement régional, dont une partie s’est enfuie en Belgique. Ceux qui étaient restés ont ensuite été arrêtés.

Treize dirigeants séparatistes, dont six vivent en exil, sont inculpés pour rébellion. Le procès devrait s’ouvrir en janvier prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite