Les dix plus belles chansons de Charles Aznavour (vidéos)

Les dix plus belles chansons de Charles Aznavour (vidéos)

Charles Aznavour s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi dans les Alpilles, en France. Il avait 94 ans. À plus de 60 ans de carrière, il laisse derrière lui plus de 60 films, mille chansons, cent millions de disques vendus dans le monde, en cinq langues…

Morceaux choisis.

Tu t’laisses aller(1960),

Aznavour brille par son cynisme avec ce titre inspiré par «La poison» de Sacha Guitry. Une scène de ménage qu’il aura mis deux ans à mettre en musique mais aussi vécue, jusqu’à divorcer cette année-là. Il écrira bien plus tard une version féminine chantée par Line Renaud et Annie Cordy.

Il faut savoir (1961),

Les comédiens (1962),

La vague yéyé a envahi la France. Aznavour y est sensible, lui qui offre «Retiens la nuit» à Johnny Hallyday. Mais il reste fidèle à sa musique et à ses thèmes comme «le métier», avec cette chanson dont la première version retoquée s’intitulait «Les étudiants». «Ca n’aurait intéressé personne», jugeait-il.

La mamma (1963),

Aznavour, qui cartonne avec «Et pourtant», ne tient pas particulièrement à interpréter cette chanson écrite par Robert Gall, père de France. Elle deviendra un must de son répertoire, comme «Hier encore», «A ma fille», «Que c’est triste Venise» parues l’année suivante.

Et pourtant(1963),

For Me Formidable (1964),

Que c’est triste Venise (1964),

Emmenez-moi (1967),

«Emmenez-moi». A quoi tient un tube? En voyage à Macao, Aznavour regarde de pauvres gens entassés sur un ferry et se dit que «la misère serait moins pénible au soleil». Il couche ses mots sur un carnet de notes qu’il perd peu après. Heureusement, Charles a une excellente mémoire.

Désormais (1969),

La bohème (1971),

Chez Aznavour, plus peut-être que les refrains, ce sont les entames qui emportent l’auditeur. «Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...» en est l’exemple parfait. Qui a oublié Charles agitant son mouchoir pendant cet hymne à la jeunesse et cette ode à la nostalgie?

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite