Accueil Culture Cinéma

«J’ai essayé de voir mes personnages avec compassion»

Grand prix du jury lors de la dernière Berlinale, « El Club » plonge du côté sombre de l’Eglise en racontant l’histoire de prêtres déviants retranchés dans une maison isolée

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Après une trilogie consacrée au dictateur Pinochet (Tony Manero, Santiago 73, Post Mortem et No), le Chilien Pablo Larrain, reflet de l’explosion du cinéma sud-américain, s’attaque à un autre sujet crucial dans une société conservatrice : l’Église et ses déviances…

« Dieu vit que la lumière était bonne, et il sépara la lumière des ténèbres ». Cette phrase, que l’on peut lire au début du film, semble en être la ligne directrice…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs