Une centaine de toxicomanes inscrits à la salle de consommation à Liège

©D.R.
©D.R.

Le bilan est satisfaisant à l’aube du premier mois de fonctionnement de la salle de consommation à moindre risque pour usagers toxicomanes de Liège. A ce jour, 108 consommateurs ont signé le règlement d’ordre intérieur. Puisqu’il s’agit majoritairement de personnes vivant en rue, l’objectif consistant à toucher un public fortement désinséré est atteint, a-t-on appris lundi auprès du cabinet du bourgmestre de la ville de Liège.

Liège avait ouvert le 5 septembre dernier la première salle de consommation dite à moindre risque de Belgique. A l’approche du premier mois de fonctionnement, le bilan que tire la Ville est satisfaisant puisqu’aucun incident n’est à épingler. Au niveau des riverains, on ne relève pas de plaintes particulières.

A ce jour, 108 consommateurs ont signé le règlement d’ordre intérieur de la salle imposant le respect de certaines dispositions. Il s’agit majoritairement d’usagers vivant en rue. La Ville se réjouit ainsi d’avoir atteint l’un des objectifs fixés, à savoir attirer un public fortement désinséré, et touché un tiers du public visé. En effet, selon les estimations, quelque 300 personnes toxicomanes sont susceptibles de s’y présenter.

«  Au 30 septembre, on dénombre 550 passages, ce qui correspond à une moyenne de 21 par jour avec un pic très récent à 52 passages. La plage horaire 12h30-16h30 est celle qui rencontre le plus de patients », précise-t-on à la Ville.

Ce bilan, certes positif, incite davantage encore Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, à affirmer que cette salle n’est que le maillon d’une chaîne. «  Il faut rouvrir le dispositif Tadam qui soignait avec succès les usagers ayant accepté de s’inscrire dans le programme de distribution contrôlée d’héroïne. Il faut également accentuer la prévention, par le biais d’une politique sans tabou, ainsi que, avec l’aide de la police fédérale, la lutte contre les trafiquants et les mafias de la drogue qui gangrènent nos quartiers », insiste-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
  • Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.
    Politique

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  • sans_titre5
    Consommation

    Les plus beaux centres commerciaux pour faire son shopping à Noël

  • Football belge mardi, novembre 12, 2019 - 21:45

    Les Red Flames arborent en primeur le nouveau maillot national (photos)

    En plus d’être qualificative pour l’Euro 2021, la rencontre des Red Flames face à la Lituanie était également l’occasion pour les joueuses belges de porter le tout nouveau maillot de l’équipe nationale.

    Dévoilée lundi par Adidas, la nouvelle tunique a donc été portée pour la première fois lundi soir par Tessa Wullaert et ses coéquipières.

    De leur côté, les Diables rouges ont l’occasion de s’habiller avec le nouveau maillot samedi soir lors du déplacement en Russie.

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite