Une centaine de toxicomanes inscrits à la salle de consommation à Liège

©D.R.
©D.R.

Le bilan est satisfaisant à l’aube du premier mois de fonctionnement de la salle de consommation à moindre risque pour usagers toxicomanes de Liège. A ce jour, 108 consommateurs ont signé le règlement d’ordre intérieur. Puisqu’il s’agit majoritairement de personnes vivant en rue, l’objectif consistant à toucher un public fortement désinséré est atteint, a-t-on appris lundi auprès du cabinet du bourgmestre de la ville de Liège.

Liège avait ouvert le 5 septembre dernier la première salle de consommation dite à moindre risque de Belgique. A l’approche du premier mois de fonctionnement, le bilan que tire la Ville est satisfaisant puisqu’aucun incident n’est à épingler. Au niveau des riverains, on ne relève pas de plaintes particulières.

A ce jour, 108 consommateurs ont signé le règlement d’ordre intérieur de la salle imposant le respect de certaines dispositions. Il s’agit majoritairement d’usagers vivant en rue. La Ville se réjouit ainsi d’avoir atteint l’un des objectifs fixés, à savoir attirer un public fortement désinséré, et touché un tiers du public visé. En effet, selon les estimations, quelque 300 personnes toxicomanes sont susceptibles de s’y présenter.

«  Au 30 septembre, on dénombre 550 passages, ce qui correspond à une moyenne de 21 par jour avec un pic très récent à 52 passages. La plage horaire 12h30-16h30 est celle qui rencontre le plus de patients », précise-t-on à la Ville.

Ce bilan, certes positif, incite davantage encore Willy Demeyer, bourgmestre de Liège, à affirmer que cette salle n’est que le maillon d’une chaîne. «  Il faut rouvrir le dispositif Tadam qui soignait avec succès les usagers ayant accepté de s’inscrire dans le programme de distribution contrôlée d’héroïne. Il faut également accentuer la prévention, par le biais d’une politique sans tabou, ainsi que, avec l’aide de la police fédérale, la lutte contre les trafiquants et les mafias de la drogue qui gangrènent nos quartiers », insiste-t-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite