Sept citadins wallons sur 10 respirent un air malsain, d’après une enquête de Greenpeace

Pour Greenpeace, les stations urbaines ne mesurent pas correctement la pollution.
Pour Greenpeace, les stations urbaines ne mesurent pas correctement la pollution. - Tonneau.

À la veille des élections locales, Greenpeace publie mardi les résultats de son opération « Mon air, ma rue ». Pendant près d’un mois, du 14 août au 17 septembre, une septantaine de familles habitant au cœur des six plus grandes villes wallonnes ont mesuré le taux de dioxyde d’azote (NO2) à leur fenêtre. À peine 30,9 % des participants respirent « un air de bonne qualité ou de qualité acceptable », ressort-il des données récoltées. Pour plus de 8 % des ménages, les seuils officiels sont dépassés.

D’après les résultats de la campagne de mesures, 60,3 % des habitants des cœurs urbains respirent un air qualifié par Greenpeace de médiocre ou de mauvaise qualité et 8,8 % baignent dans un air dont les seuils dépassent la limite légale.

Liège, Namur et Charleroi mauvais élèves

Les 74 dispositifs chargés de récolter la pollution atmosphérique, et plus particulièrement le NO2, ont tous été placés à la fenêtre d’habitations situées à Tournai, Mons, Charleroi, La Louvière, Namur et Liège, dans le centre-ville ou à proximité d’axes fréquentés. Des lieux où aucune station de mesure officielle n’a été installée.

Les dépassements de la limite légale ont été enregistrés à Liège, ville où les concentrations moyennes de NO2 sont les plus élevées, ainsi qu’à Namur et Charleroi. La concentration annuelle moyenne mesurée dans les six villes s’élève à 26,30 microgrammes par mètre cube d’air (µg/m3).

À ce jour, la valeur limite annuelle fixée par l’Union européenne pour le NO2 est celle recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), soit 40 µg/m3. Mais l’OMS envisage de durcir cette norme. Pour son enquête, Greenpeace a considéré que la qualité de l’air devenait inacceptable à partir de 20 µg/m3.

Parallèlement à sa campagne « Mon air, ma rue », l’ONG a cité en justice les gouvernements wallon et flamand pour obtenir des mesures officielles plus représentatives de la qualité de l’air. Au tribunal correctionnel de Namur, les dernières plaidoiries sont d’ailleurs prévues ce mardi.

Liège, Charleroi, Namur, Tournai : quelle ville wallonne a l’air le plus pur ? Notre analyse sur Le Soir+

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite