Charles Aznavour est décédé «de mort naturelle», suite à une «défaillance cardio-respiratoire»

©Photonews
©Photonews

Charles Aznavour est décédé lundi matin «  de mort naturelle », à la suite d’une «  défaillance cardio-respiratoire », a indiqué mardi à l’AFP le procureur de la République de Tarascon Patrick Desjardins, révélant les résultats d’une autopsie pratiquée mardi.

«  L’hypothèse d’une noyade consécutive à un malaise est écartée », a ajouté le procureur. Le corps de l’artiste avait été découvert lundi vers midi à son domicile de Mouriès (Bouches du Rhône), «  allongé dans la baignoire de la salle de bains attenante à la chambre du défunt », a précisé le parquet de Tarascon dans un communiqué.

Une enquête en recherches des causes de la mort avait été ouverte par la brigade des recherches d’Arles, sous la direction du procureur de Tarascon.

Le caractère suspect est écarté

L’autopsie pratiquée au centre hospitalier de Nîmes a permis d’établir que le décès du chanteur, «  intervenu dans la matinée du 1er octobre, est consécutif à un oedème aigu pulmonaire responsable d’une défaillance cardio-respiratoire qui s’est révélée être au-dessus de toute ressource thérapeutique », précise le communiqué.

« Le caractère suspect du décès peut être écarté, mais les circonstances de la mort ne sont pas connues avec précision », avait déclaré lundi Patrick Desjardins à la presse, devant le domicile du chanteur.

Le corps du défunt a été remis à sa famille. Devant le portail de sa propriété près de Mouriès, à côté duquel étaient déposés une vingtaine de bouquets, quelques personnes venaient se recueillir mardi à la mi-journée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  2. GERMANY-SHOOTING-FARRIGHT-TERRORISM

    Tuerie de Hanau: l’Allemagne impuissante face à la violence d’extrême droite

  3. PHOTONEWS_10738616-004

    Orange lance la eSim, une première en Belgique

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations envers Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: on en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après...

    Lire la suite