Un juge d’instruction bruxellois a pu interroger Tarik Jadaoun en Irak

Le djihadiste avait menacé la Belgique dans une vidéo. Aujourd’hui, il dit vouloir coopérer. - AFP.
Le djihadiste avait menacé la Belgique dans une vidéo. Aujourd’hui, il dit vouloir coopérer. - AFP.

Un juge d’instruction bruxellois, accompagné d’enquêteurs de la police judiciaire et d’un magistrat fédéral, a pu interroger Tarik Jadaoun en Irak dans le cadre d’une commission rogatoire internationale. Membre du groupe terroriste Etat islamique (EI), le Belge a été capturé en 2017 lors de la bataille de Mossoul. Depuis lors, il est emprisonné à Bagdad, où il a été condamné en première instance à la peine capitale.

Un juge d’instruction, accompagné d’une équipe de la police judiciaire et d’un magistrat fédéral, se sont déplacés à la fin de la semaine dernière à Bagdad où ils ont pu interroger Tarik Jadaoun «  dans de bonnes conditions », souligne le parquet fédéral mardi dans un communiqué. Tarik Jadaoun a accepté d’être entendu par la justice belge. Il a répondu aux questions et livré sa version des faits.

Jadaoun, également connu sous le nom de combattant Abu Hamza Al-Belgiki, a rejoint le groupe terroriste Etat islamique en 2014. Le 13 juillet 2017, il a été capturé pendant de la bataille de Mossoul, l’ancienne capitale autoproclamée de l’EI en Irak. Lors d’un interrogatoire devant un tribunal irakien, le suspect a détaillé sa carrière et ses fonctions au sein de l’EI.

Il a choisi « le mauvais camp »

Par la suite, dans une interview accordée au journaliste de la VRT Rudi Vranckx, Tarik Jadaoun a déclaré qu’il souhaitait coopérer avec les services de sécurité belges. Il avait affirmé qu’il disposait d’une information qui aiderait notre pays, même si celle-ci était « vraiment légère ». Le djihadiste s’est présenté comme quelqu’un qui avait choisi le mauvais camp.

Au cours d’un interrogatoire mené par les services de sécurité américains, Jadaoun a par contre reconnu qu’il était directement impliqué dans plusieurs projets d’attentats, dont deux visant l’Europe, et qu’il s’était lui-même porté candidat pour y participer. Jadaoun a aussi déclaré que l’Etat Islamique cachait toujours des terroristes en Europe.

Au début de l’année 2018, le procureur fédéral belge avait demandé aux autorités irakiennes d’envoyer une commission rogatoire afin que les enquêteurs belges puissent également interroger Jadaoun.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestants se heurent aux forces de police à l’aéroport de Barcelone après l’annonce de la condamnation des leaders indépendantistes.

    La Catalogne bloquée après la condamnation des leaders indépendantistes

  2. PHILIPPE CLOSE

    Philippe Close au «Soir»: «Ce qui s’est produit avec Extinction Rebellion est un échec pour tout le monde»

  3. Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.

    Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

La chronique
  • Allô, c’est Donald Trump à l’appareil!

    Avant de décider de lâcher les Kurdes, Trump avait longuement palabré avec Erdogan au téléphone.

    « Allô, ici Trump… ! »

    On imagine la scène : « Allô Erdogan, le président des Etats-Unis au bout du fil. Voilà, j’ai un service à vous demander. J’ai un problème avec une certaine Elizabeth Warren qui prétend vouloir se présenter contre moi. C’est une folle, c’est une hystérique, c’est une communiste. Et, en plus, c’est une démocrate et c’est une femme. C’est dire ! Mais il paraît qu’elle devient dangereuse. Vous n’auriez pas quelque chose en réserve contre elle, la preuve que lors d’un déplacement touristique à Istanbul elle a refusé de se déchausser dans une mosquée ou qu’elle n’a pas payé sa note d’hôtel ? Si vous me trouvez ça, promis, je retire mes troupes de la frontière syrienne et les Kurdes, je vous les livre, tout chaud ».

    ...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaînon politique manquant

    Et voilà donc la vérité selon Stéphane Moreau. Après que tous les médias ont sollicité durant des années sans relâche une interview de l’homme fort de la galaxie Nethys, on ne peut que remarquer la multiplication des communications de ce week-end.

    Mais l’essentiel n’est pas là. Ce dimanche, un fantôme occupait une place centrale dans l’exposé de Stéphane Moreau, et c’est bien embêtant car ce fantôme est un élément clé du dispositif qui fait de Nethys, contrairement à ce qu’en dit le manager, un...

    Lire la suite