Un juge d’instruction bruxellois a pu interroger Tarik Jadaoun en Irak

Le djihadiste avait menacé la Belgique dans une vidéo. Aujourd’hui, il dit vouloir coopérer. - AFP.
Le djihadiste avait menacé la Belgique dans une vidéo. Aujourd’hui, il dit vouloir coopérer. - AFP.

Un juge d’instruction bruxellois, accompagné d’enquêteurs de la police judiciaire et d’un magistrat fédéral, a pu interroger Tarik Jadaoun en Irak dans le cadre d’une commission rogatoire internationale. Membre du groupe terroriste Etat islamique (EI), le Belge a été capturé en 2017 lors de la bataille de Mossoul. Depuis lors, il est emprisonné à Bagdad, où il a été condamné en première instance à la peine capitale.

Un juge d’instruction, accompagné d’une équipe de la police judiciaire et d’un magistrat fédéral, se sont déplacés à la fin de la semaine dernière à Bagdad où ils ont pu interroger Tarik Jadaoun «  dans de bonnes conditions », souligne le parquet fédéral mardi dans un communiqué. Tarik Jadaoun a accepté d’être entendu par la justice belge. Il a répondu aux questions et livré sa version des faits.

Jadaoun, également connu sous le nom de combattant Abu Hamza Al-Belgiki, a rejoint le groupe terroriste Etat islamique en 2014. Le 13 juillet 2017, il a été capturé pendant de la bataille de Mossoul, l’ancienne capitale autoproclamée de l’EI en Irak. Lors d’un interrogatoire devant un tribunal irakien, le suspect a détaillé sa carrière et ses fonctions au sein de l’EI.

Il a choisi « le mauvais camp »

Par la suite, dans une interview accordée au journaliste de la VRT Rudi Vranckx, Tarik Jadaoun a déclaré qu’il souhaitait coopérer avec les services de sécurité belges. Il avait affirmé qu’il disposait d’une information qui aiderait notre pays, même si celle-ci était « vraiment légère ». Le djihadiste s’est présenté comme quelqu’un qui avait choisi le mauvais camp.

Au cours d’un interrogatoire mené par les services de sécurité américains, Jadaoun a par contre reconnu qu’il était directement impliqué dans plusieurs projets d’attentats, dont deux visant l’Europe, et qu’il s’était lui-même porté candidat pour y participer. Jadaoun a aussi déclaré que l’Etat Islamique cachait toujours des terroristes en Europe.

Au début de l’année 2018, le procureur fédéral belge avait demandé aux autorités irakiennes d’envoyer une commission rogatoire afin que les enquêteurs belges puissent également interroger Jadaoun.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite