Réforme des pensions: environ 28.500 manifestants dans les rues

Quelques milliers de manifestants se sont réunis mardi dans plusieurs endroits de la Belgique, pour la manifestation nationale du front commun syndical contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral. Les organisations sont particulièrement remontées contre les mesures relatives aux retraites présentes dans le « Jobs Deal » conclu cet été.

Le report des crédits-temps à l’âge de 60 ans au lieu de 55 ans précédemment, ainsi que le recul des régimes de chômage avec complément d’entreprise (RCC) à 62 ans avec 41 ans de carrière cristallisent le courroux de la FGTB, de la CSC et de la CGSLB. De manière générale, les syndicats fustigent la volonté du gouvernement Michel de saper le système de pensions. Selon le calcul des syndicats, les pensions les plus élevées pourraient baisser de 353 euros par mois.

A Bruxelles, 4.000 manifestants

La police de Bruxelles a comptabilisé 4.000 manifestants lors de la manifestation, a précisé la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles sur Twitter.

7.000 manifestants à Liège

Plus de 7.000 personnes, selon les syndicats, se sont rassemblées mardi sur l’espace Tivoli à Liège à la suite de l’appel du front commun FGTB-CSC Liège-Huy-Waremme. Les manifestants ont réclamé «  une pension décente pour tous à un âge raisonnable  ».

Plus de 3.000 syndicalistes à Namur

Plus de 3.000 personnes, selon les syndicats, se sont réunies mardi matin devant la gare de Namur pour manifester contre la réforme des pensions. L’action, réalisée en front commun, regroupe des membres de la FGTB, de la CSC et de la CGSLB venus des provinces de Namur et du Luxembourg. De son côté, à 11h30, la police n’était pas encore en mesure de confirmer d’estimation.

«  Nous attendions environ 2.000 personnes mais la révolte est telle que ce sont finalement 3.000 personnes qui ont répondu présentes  », a déclaré Christelle Thomas, responsable communication de la FGTB Luxembourg. « Nous attendons par ailleurs encore quelques centaines de camarades venus de la province de Luxembourg. »

Environ 4.000 manifestants à Gand, 500 à Louvain

Plusieurs milliers de manifestants, environ 4.000 selon les syndicats, se sont réunis à Gand. Les militants se sont réunis devant le service fédéral de pensions et défileront vers la Kramersplein.

Malgré le temps maussade, des milliers de personnes affluaient depuis la gare de Gand-St-Pierre. La manifestation doit déboucher sur la Kramersplein vers midi.

À Louvain, environ 500 militants des trois grands syndicats ont mené une action, mardi, sur la Martelarenplein, dans le cadre de la journée d’action contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral.

4.000 manifestants à Hasselt

Les syndicats socialistes, chrétien et libéral ont massivement manifesté mardi dans les rues d’Anvers. A l’arrivée de la manifestation sur la Groenplaats, des discours ont été adressés aux militants.

Une grosse tête caricaturale du Premier ministre Charles Michel et une bannière avec le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever affublée du slogan « bourgmestre des riches » ont été baladées dans le cortège. Un groupe de travailleurs de Mora de Mol, où 97 emplois sont menacés depuis début septembre, se trouvait aussi parmi les manifestants.

A Hasselt, environ 4.000 personnes ont défilé dans les rues.

6.000 personnes à Courtrai

Environ 6.000 personnes se sont rassemblées mardi matin à Courtrai (Flandre occidentale) afin de manifester contre les projets de réforme des pensions du gouvernement fédéral, ont annoncé les syndicats durant l’après-midi. Les militants des différentes organisations et issus de multiples secteurs ont partagé le même message à cette occasion.

Lors des discours des différents responsables syndicaux provinciaux, l’actuel bourgmestre de Courtrai Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a plusieurs fois été pointé du doigt. Celui-ci a en effet occupé le poste de ministre des Pensions en 2011 et 2012 et, lors de son mandat, il a relevé l’âge de la pension anticipée de deux ans, ont rappelé les syndicalistes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. 20200123arno-6

    L’AB, la santé boutique d’Arno

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite