Réforme des pensions: environ 28.500 manifestants dans les rues

Quelques milliers de manifestants se sont réunis mardi dans plusieurs endroits de la Belgique, pour la manifestation nationale du front commun syndical contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral. Les organisations sont particulièrement remontées contre les mesures relatives aux retraites présentes dans le « Jobs Deal » conclu cet été.

Le report des crédits-temps à l’âge de 60 ans au lieu de 55 ans précédemment, ainsi que le recul des régimes de chômage avec complément d’entreprise (RCC) à 62 ans avec 41 ans de carrière cristallisent le courroux de la FGTB, de la CSC et de la CGSLB. De manière générale, les syndicats fustigent la volonté du gouvernement Michel de saper le système de pensions. Selon le calcul des syndicats, les pensions les plus élevées pourraient baisser de 353 euros par mois.

A Bruxelles, 4.000 manifestants

La police de Bruxelles a comptabilisé 4.000 manifestants lors de la manifestation, a précisé la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles sur Twitter.

7.000 manifestants à Liège

Plus de 7.000 personnes, selon les syndicats, se sont rassemblées mardi sur l’espace Tivoli à Liège à la suite de l’appel du front commun FGTB-CSC Liège-Huy-Waremme. Les manifestants ont réclamé «  une pension décente pour tous à un âge raisonnable  ».

Plus de 3.000 syndicalistes à Namur

Plus de 3.000 personnes, selon les syndicats, se sont réunies mardi matin devant la gare de Namur pour manifester contre la réforme des pensions. L’action, réalisée en front commun, regroupe des membres de la FGTB, de la CSC et de la CGSLB venus des provinces de Namur et du Luxembourg. De son côté, à 11h30, la police n’était pas encore en mesure de confirmer d’estimation.

«  Nous attendions environ 2.000 personnes mais la révolte est telle que ce sont finalement 3.000 personnes qui ont répondu présentes  », a déclaré Christelle Thomas, responsable communication de la FGTB Luxembourg. « Nous attendons par ailleurs encore quelques centaines de camarades venus de la province de Luxembourg. »

Environ 4.000 manifestants à Gand, 500 à Louvain

Plusieurs milliers de manifestants, environ 4.000 selon les syndicats, se sont réunis à Gand. Les militants se sont réunis devant le service fédéral de pensions et défileront vers la Kramersplein.

Malgré le temps maussade, des milliers de personnes affluaient depuis la gare de Gand-St-Pierre. La manifestation doit déboucher sur la Kramersplein vers midi.

À Louvain, environ 500 militants des trois grands syndicats ont mené une action, mardi, sur la Martelarenplein, dans le cadre de la journée d’action contre la réforme des pensions du gouvernement fédéral.

4.000 manifestants à Hasselt

Les syndicats socialistes, chrétien et libéral ont massivement manifesté mardi dans les rues d’Anvers. A l’arrivée de la manifestation sur la Groenplaats, des discours ont été adressés aux militants.

Une grosse tête caricaturale du Premier ministre Charles Michel et une bannière avec le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever affublée du slogan « bourgmestre des riches » ont été baladées dans le cortège. Un groupe de travailleurs de Mora de Mol, où 97 emplois sont menacés depuis début septembre, se trouvait aussi parmi les manifestants.

A Hasselt, environ 4.000 personnes ont défilé dans les rues.

6.000 personnes à Courtrai

Environ 6.000 personnes se sont rassemblées mardi matin à Courtrai (Flandre occidentale) afin de manifester contre les projets de réforme des pensions du gouvernement fédéral, ont annoncé les syndicats durant l’après-midi. Les militants des différentes organisations et issus de multiples secteurs ont partagé le même message à cette occasion.

Lors des discours des différents responsables syndicaux provinciaux, l’actuel bourgmestre de Courtrai Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a plusieurs fois été pointé du doigt. Celui-ci a en effet occupé le poste de ministre des Pensions en 2011 et 2012 et, lors de son mandat, il a relevé l’âge de la pension anticipée de deux ans, ont rappelé les syndicalistes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  3. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite