Accueil Société Régions Bruxelles

Des «pieds nickelés» du matricide

Deux hommes jugés en appel à Bruxelles pour avoir tenté d’assassiner une riche nonagénaire. Condamnée à 14 ans de prison alors qu’elle n’a jamais avoué, la fille n’a pas fait appel.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Les deux actrices principales du drame humain qui s’est joué en août 2014 à Hoeilaart étaient absentes de la cour d’appel de Bruxelles, ce mardi. La première, Denise B., nonagénaire et veuve depuis 2010, victime d’une tentative d’assassinat, se trouve hospitalisée en soins palliatifs à la suite d’une mauvaise pneumonie. La seconde, sa propre fille adoptive, Annick Van der Elst, 51 ans, a accepté sa sentence, une peine de 14 ans de prison, alors qu’elle n’a jamais reconnu les faits. Restaient deux hommes : Dominique Lucas, son ex-compagnon et père de leur fils, et Jean-Ferdinand Wegria, celui qui devait exécuter le contrat. Deux « pieds nickelés », selon l’avocat général Stéphane Lempereur, dont « le mea culpa fait peu de cas de la victime ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs