Accueil Sports Football Football à l'étranger

Un ancien gardien de Liverpool se confie sur son passé: «Je ne sais pas combien de personnes j’ai tuées»

Bruce Grobbelaar a vécu des événements traumatisants dans sa vie dont les drames du Heysel (1985) et d’Hillsborough (1989).

Temps de lecture: 2 min

Dans une interview accordée au journal britannique The Guardian, Bruce Grobbelaar revient sur plusieurs expériences traumatisantes dans sa vie.

Avant de s’engager en tant que gardien de Liverpool, il est allé combattre au Zimbabwe lors de la guerre pour l’indépendance du pays. Mais ce dont se souvient l’homme aujourd’hui âgé de 60 ans, c’est de la première personne qu’il a tuée : « La première fois, c’était au crépuscule. Lorsque le soleil se couche, tu vois des ombres dans la brousse. Tu ne peux pas voir grand-chose jusqu’à ce que tu voies le blanc de leurs yeux. C’est toi ou eux. (…) Quand le combat est terminé, tu vois des corps partout. La première fois, tout ce qui se trouve dans ton estomac sort de ta bouche… »

Quand on lui demande combien de personnes a-t-il tué, l’ancien portier des Reds admet ne plus savoir. « Je ne peux pas vous dire. Oui j’en ai tué beaucoup. Je ne peux que m’excuser pour ce que j’ai fait mais c’est le passé et je ne peux pas le changer », a-t-il confié.

Le football pour oublier la guerre

Après la guerre, Grobbelaar est devenu le gardien de Liverpool de 1981 à 1994. Et bien qu’il se soit retranché dans ce sport pour oublier les affres de la guerre, le Zimbabwéen a malheureusement connu les drames du Heysel en 1985 et d’Hillsborough en 1989. Dans son entretien, il raconte que ce qu’il s’est passé au Heysel était « pire que la guerre ». « Ils étaient innocents et entendre les corps tomber, c’était horrible », a-t-il ajouté.

Lors de la catastrophe d’Hillsborough, l’ancien portier se souvient avoir vu des visages écrasés contre la grille des tribunes. Il explique avoir demandé à une femme de la sécurité d’ouvrir la porte mais celle-ci lui a répondu qu’elle n’avait pas les clés. « Quand j’ai vu la barrière s’effondrer et les gens tomber sur le sol, j’ai entendu l’air sortir de leurs corps. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb