Sommet Brexit: May invitée à un dîner décisif avec les 27

Sommet Brexit: May invitée à un dîner décisif avec les 27

La Première ministre britannique Theresa May a été invitée à s’exprimer devant ses homologues de l’UE avant un dîner décisif à 27 le mercredi 17 octobre, consacré à l’avancement des discussions du Brexit, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Ces discussions entre chefs d’Etat sur le Brexit auraient initialement dû se tenir le lendemain, le jeudi 18, lors d’un sommet qualifié de «moment de vérité» par le président du Conseil européen Donald Tusk.

Mais le Conseil a finalement préféré réserver la journée de jeudi à un sommet «régulier» consacré aux questions migratoires et de sécurité et annoncé mercredi la tenue de ce dîner surprise sur le Brexit. «C’est une question d’agenda: le programme du jeudi est trop chargé», a expliqué une source diplomatique. «En déplaçant la discussion à 27 la veille, et avec la possibilité pour May d’y intervenir, on se laisse la possibilité de poursuivre la discussion ensuite pendant la nuit si c’est nécessaire, ce qui n’aurait pas été possible jeudi», a ajouté cette source.

Une source européenne a confirmé que Mme May avait été «invitée à s’adresser aux 27 avant leur dîner, si elle le veut», mais que son intervention n’avait pas encore été confirmée.

Unité et optimisme

Lors d’une précédente rencontre entre dirigeants européens le 20 septembre à Salzbourg, en Autriche, Donald Tusk avait dit espérer «des progrès et des résultats maximums dans les négociations Brexit» lors du sommet d’octobre.

«Ensuite, nous déciderons si les conditions sont réunies pour convoquer un sommet extraordinaire en novembre», avait-il ajouté.

Theresa May avait quitté le sommet de Salzbourg furieuse après avoir vu sa proposition pour une future relation économique avec l’UE rejetée par M. Tusk.

Mercredi, elle a appelé son parti à l’unité pour réussir les négociations en clôturant le congrès des conservateurs, s’affichant résolument optimiste.

Européens et Britanniques espèrent parvenir d’ici novembre à un accord sur les modalités du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, ainsi que sur une déclaration fixant le cadre de leur future relation. Outre la future relation, les discussions achoppent toujours sur le sort de la frontière irlandaise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite