Piratage de 50 millions de comptes Facebook: l’Irlande ouvre une enquête

Piratage de 50 millions de comptes Facebook: l’Irlande ouvre une enquête

L’Irlande a annoncé mercredi avoir ouvert une enquête après le piratage de 50 millions de comptes du réseau social Facebook, première application majeure du règlement européen sur la protection des données.

« La Commission irlandaise de protection des données (DPC) a ouvert une enquête aujourd’hui » pour « vérifier si Facebook a rempli ses obligations (…) de protection des données », a-t-elle annoncé dans un communiqué.

Facebook, dont le quartier général européen est basé en Irlande, « a informé la DPC que son enquête interne se poursuivait et que l’entreprise continuait à prendre des mesures correctives pour atténuer les risques potentiels sur les utilisateurs », a-t-elle précisé.

L’ouverture de cette enquête constitue une première application contre un poids lourd d’internet du Règlement européen sur la protection des données (RGPD), entré en vigueur dans l’Union européenne le 25 mai.

Ce règlement vise à mieux protéger les données personnelles des Européens à l’ère numérique. Il renforce les droits des internautes et établit des obligations claires pour les entreprises dans le traitement des données.

Il donne aussi aux régulateurs européens de nouveaux pouvoirs de contrôle et de sanctions en cas de violations par les entreprises récoltant des données personnelles.

Faille

Facebook risque gros. Le texte prévoit notamment des amendes allant jusqu’à 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires pour les entreprises prises en faute.

En 2017, Facebook a engrangé plus de 40,6 milliards de dollars de revenus.

La récente faille de sécurité révélée fin septembre par le réseau social aurait touché quelque 5 millions d’Européens, sur les 50 millions de comptes affectés au total, avait indiqué mardi à l’AFP la commissaire européenne en charge de la Justice, Vera Jourova.

Cette faille, qui a été « réparée » selon le patron du réseau social Mark Zuckerberg, a permis à des pirates d’accéder aux informations figurant sur les profils des utilisateurs (noms, genre, ville…).

Le piratage de grande ampleur de Facebook a ravivé les critiques contre le géant américain, déjà sérieusement ébranlé par plusieurs controverses, en particulier autour de la protection des données personnelles.

En juillet, le régulateur britannique de la protection des données (ICO) avait annoncé son intention de lui infliger une amende de 500.000 livres (environ 563.000 euros) à la suite de l’affaire Cambridge Analytica et de l’utilisation à leur insu de données de millions d’utilisateurs à l’occasion de l’élection présidentielle américaine de 2016.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite