Des policiers manifestent devant la centrale nucléaire de Tihange

Photo Twitter
Photo Twitter

Le Syndicat national du personnel de police et de sécurité (SNPS) organise ce jeudi matin une action symbolique au pied des centrales de Tihange. En cause, le remplacement des militaires chargés de la sécurisation des centrales nucléaires par des agents de sécurisation dès à présent, alors qu’il manque approximativement 25 % du personnel et que les structures et réglementations encadrant ce personnel font encore défaut.

Un préavis de grève en front commun a été déposé par les quatre organisations syndicales des fonctionnaires de police. Il donnera lieu à une réunion mercredi prochain avec le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a-t-on appris auprès des principaux intéressés.

Un sous-effectif

À partir de ce jeudi, les militaires chargés de la sécurisation des centrales nucléaires doivent faire place à des agents de sécurisation. Ces agents ne sont pas des fonctionnaires de police à proprement parler et font encore actuellement l’objet de recrutement. Une cellule spéciale, la DAB, a été créée au niveau fédéral pour regrouper plusieurs corps de sécurité. Toutefois, les statuts et les structures encadrant leur fonction ne sont toujours pas totalement définis, dénoncent les syndicats, qui ont déposé la semaine dernière un préavis de grève.

« C’est une bonne chose que cette cellule a été mise en place. Mais le personnel ne peut pas commencer à travailler dans ces conditions. On évoque un effectif de 75 %. Il manque donc 25 % du personnel, qu’on peine à recruter. On commencerait donc d’emblée avec un déficit d’effectif alors que les agents doivent assurer des gardes de 12h. De plus, tout doit encore être mis en œuvre. On est nulle part en ce qui concerne l’analyse des risques, les fiches de postes, le règlement intérieur, la réglementation du temps de travail, les règles vestimentaires, ni même en termes d’infrastructure. Bref, tout ce qui touche à la législation du bien-être au travail a été bafoué  », déplore Fabrice Discry, délégué permanent du SNPS.

Les syndicats demandent que les militaires actuellement en place restent à leur poste et que la situation demeure inchangée tant que le DAB n’est pas en mesure d’être opérationnel tout en respectant la loi.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Total Belgique, leader du marché belge, compte environ 230
stations-service en Wallonie, dont une soixantaine sont en situation de rupture de stock.

    Gilets jaunes: la sécurité de sites Seveso est en jeu

  2. Dans le monde du jouet, les articles se multiplient et deviennent plus compliqués à comprendre pour les parents. © Pierre-Yves Thienpont

    La Saint-Nicolas, source de stress pour les parents

  3. d-20181011-3P1HEU 2018-11-20 16:42:57

    Veljkovic, le repenti qui peut faire tomber tout le football belge

Chroniques
  • Lettre du Brexit: l’honorable best-seller d’un psychodrame national

    Par Marc Roche

    Trop c’est trop. Ce n’est plus du ras-le-bol, c’est un véritable haut-le-cœur national. Encore du Brexit et toujours du Brexit ! Il n’est pas une minute où l’on n’entend, où l’on ne lit, où ne s’expriment les mille et une raisons que nous avons de soutenir ou pas l’accord scellé avec l’Union européenne. Les difficultés de Theresa May d’obtenir d’ici Noël une majorité à la Chambre des Communes pour ratifier le texte sont bombardées en boucle sur les petits écrans à grands jets de chromos.

    Je m’esquive à l’anglaise de la « bulle » londonienne pour me ressourcer un week-end chez des amis dans le havre de paix du Hampshire grâce au calme propice à la lecture. Puisqu’on n’y peut rien, autant se plonger dans le dernier roman de Jonathan Coe intitulé Middle England.

    L’ouvrage a pour cadre la campagne anglaise en proie aux déchirements du...

    Lire la suite

  • Le «footbelgate», labo judiciaire

    L’affaire du Footbelgate sera aussi un laboratoire judiciaire. L’accès au statut de repenti de l’agent de joueurs Dejan Veljkovic, avec lequel le parquet fédéral a signé un mémorandum prévoyant une peine de 5 ans de prison avec sursis et 80.000 euros d’amende en échange d’informations « substantielles, révélatrices et complètes », jusqu’alors inconnues de la justice, est une première en Belgique depuis l’adoption de la loi sur les repentis publiée au Moniteur belge le 7 août dernier....

    Lire la suite