Des policiers manifestent devant la centrale nucléaire de Tihange

Photo Twitter
Photo Twitter

Le Syndicat national du personnel de police et de sécurité (SNPS) organise ce jeudi matin une action symbolique au pied des centrales de Tihange. En cause, le remplacement des militaires chargés de la sécurisation des centrales nucléaires par des agents de sécurisation dès à présent, alors qu’il manque approximativement 25 % du personnel et que les structures et réglementations encadrant ce personnel font encore défaut.

Un préavis de grève en front commun a été déposé par les quatre organisations syndicales des fonctionnaires de police. Il donnera lieu à une réunion mercredi prochain avec le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, a-t-on appris auprès des principaux intéressés.

Un sous-effectif

À partir de ce jeudi, les militaires chargés de la sécurisation des centrales nucléaires doivent faire place à des agents de sécurisation. Ces agents ne sont pas des fonctionnaires de police à proprement parler et font encore actuellement l’objet de recrutement. Une cellule spéciale, la DAB, a été créée au niveau fédéral pour regrouper plusieurs corps de sécurité. Toutefois, les statuts et les structures encadrant leur fonction ne sont toujours pas totalement définis, dénoncent les syndicats, qui ont déposé la semaine dernière un préavis de grève.

« C’est une bonne chose que cette cellule a été mise en place. Mais le personnel ne peut pas commencer à travailler dans ces conditions. On évoque un effectif de 75 %. Il manque donc 25 % du personnel, qu’on peine à recruter. On commencerait donc d’emblée avec un déficit d’effectif alors que les agents doivent assurer des gardes de 12h. De plus, tout doit encore être mis en œuvre. On est nulle part en ce qui concerne l’analyse des risques, les fiches de postes, le règlement intérieur, la réglementation du temps de travail, les règles vestimentaires, ni même en termes d’infrastructure. Bref, tout ce qui touche à la législation du bien-être au travail a été bafoué », déplore Fabrice Discry, délégué permanent du SNPS.

Les syndicats demandent que les militaires actuellement en place restent à leur poste et que la situation demeure inchangée tant que le DAB n’est pas en mesure d’être opérationnel tout en respectant la loi.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite