Dépénalisation de l’avortement: loin d’une «avancée historique pour les droits des femmes», selon plusieurs associations

Dépénalisation de l’avortement: loin d’une «avancée historique pour les droits des femmes», selon plusieurs associations

Le secteur des centres de planning familial déplore une nouvelle fois, jeudi, le manque d’avancées de la proposition de loi relative à la sortie de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) du Code pénal. Le texte doit être soumis au vote ce jeudi en séance plénière à la Chambre. Différentes associations pointent le maintien des sanctions pénales et estiment que la loi ne consacre nullement le droit des femmes à disposer librement de leur corps. On est loin d’une « avancée historique pour les droits des femmes », affirment-elles.

La Fédération des centres de planning familial des Femmes prévoyantes socialistes (FCPF-FPS), la Fédération laïque des centres de planning familial (FLCPF), la Fédération des centres pluralistes de planning familial (FCPPF), la Fédération des centres de planning et de consultations (FCPC) et le Groupe d’action des centres extra hospitaliers pratiquant l’avortement (GACEHPA) s’expriment dans un communiqué commun. Ces organisations déplorent le manque d’avancées du texte.

Le maintien des sanctions pénales identiques à la loi Lallemand-Michielsens de 1990, tant à l’égard des femmes que des médecins, n’encourage aucunement la sortie d’un schéma de culpabilisation des femmes qui souhaitent exercer leur droit à interrompre leur grossesse sans pression sociale ni stigmatisation, écrivent-elles.

Entrave à l’accès à l’IVG

Le texte ne se positionne pas en faveur d’un allongement du délai légal dans lequel il est autorisé d’interrompre une grossesse en Belgique, regrettent ces associations. Celles-ci dénoncent en outre « l’hypocrisie consistant à continuer à renvoyer, chaque année, entre 500 et 1000 femmes qui ont dépassé ce délai vers les Pays-Bas ou l’Angleterre ».

La proposition de loi n’envisage par ailleurs pas de diminuer le délai de réflexion entre le 1er rendez-vous et l’intervention fixé actuellement à 6 jours, relèvent-elles encore.

« Ne pas agir sur ces conditions constitue une entrave à l’accès à l’IVG », affirme le secteur des centres de planning familial.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. C’était la dernière journée d’audition avant la trêve, jeudi au Congrès américain. Une série de témoignages ont accablé le président Donald Trump tout au long de la semaine.

    Etats-Unis: la procédure de destitution atteint son «moment Watergate»

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite