Dépénalisation de l’avortement: loin d’une «avancée historique pour les droits des femmes», selon plusieurs associations

Dépénalisation de l’avortement: loin d’une «avancée historique pour les droits des femmes», selon plusieurs associations

Le secteur des centres de planning familial déplore une nouvelle fois, jeudi, le manque d’avancées de la proposition de loi relative à la sortie de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) du Code pénal. Le texte doit être soumis au vote ce jeudi en séance plénière à la Chambre. Différentes associations pointent le maintien des sanctions pénales et estiment que la loi ne consacre nullement le droit des femmes à disposer librement de leur corps. On est loin d’une « avancée historique pour les droits des femmes », affirment-elles.

La Fédération des centres de planning familial des Femmes prévoyantes socialistes (FCPF-FPS), la Fédération laïque des centres de planning familial (FLCPF), la Fédération des centres pluralistes de planning familial (FCPPF), la Fédération des centres de planning et de consultations (FCPC) et le Groupe d’action des centres extra hospitaliers pratiquant l’avortement (GACEHPA) s’expriment dans un communiqué commun. Ces organisations déplorent le manque d’avancées du texte.

Le maintien des sanctions pénales identiques à la loi Lallemand-Michielsens de 1990, tant à l’égard des femmes que des médecins, n’encourage aucunement la sortie d’un schéma de culpabilisation des femmes qui souhaitent exercer leur droit à interrompre leur grossesse sans pression sociale ni stigmatisation, écrivent-elles.

Entrave à l’accès à l’IVG

Le texte ne se positionne pas en faveur d’un allongement du délai légal dans lequel il est autorisé d’interrompre une grossesse en Belgique, regrettent ces associations. Celles-ci dénoncent en outre « l’hypocrisie consistant à continuer à renvoyer, chaque année, entre 500 et 1000 femmes qui ont dépassé ce délai vers les Pays-Bas ou l’Angleterre ».

La proposition de loi n’envisage par ailleurs pas de diminuer le délai de réflexion entre le 1er rendez-vous et l’intervention fixé actuellement à 6 jours, relèvent-elles encore.

« Ne pas agir sur ces conditions constitue une entrave à l’accès à l’IVG », affirme le secteur des centres de planning familial.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite