Une centaine d’agriculteurs fâchés devant le siège du gouvernement wallon (vidéo)

© Belga
© Belga

Une centaine d’agriculteurs fâchés se sont rendus jeudi matin avec une dizaine de tracteurs devant le siège du gouvernement wallon, à Namur. Venus soutenir les dirigeants de la Fédération wallonne de l’Agriculture (FWA) en prélude de leur réunion avec les autorités, ils n’ont pas manqué de marquer leur mécontentement face à l’enveloppe de 15 millions qui leur est proposée pour compenser les pertes liées à la sécheresse.

Des « cacahuètes »

« On nous dit qu’on va nous donner 15 millions d’euros mais nous estimons nos pertes à 358 millions », a affirmé Joseph Ponthier, président de la FWA. « C’est tout simplement une honte, on se moque de nous. »

« Nous avons décidé d’organiser cette manifestation en dernière minute, ce qui explique que nous sommes peu nombreux mais notre colère est grande », a-t-il ajouté.

© Belga
© Belga

Du coté des agriculteurs, on mâchait encore moins ses mots. « Ce montant, ce sont des cacahuètes », lance l’un d’eux, paquet d’arachides à la main. « On nous prend pour des imbéciles », ajoute un autre.

Une banderole arborant une calculette avec la mention « error » a également été dressée devant l’Élysette pour dénoncer le mauvais calcul du gouvernement.

© Belga
© Belga

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite