Accueil Culture Livres

«Se sentir exilé dans le pays où on est né»

Avec « 33 tours », David Chariandy a écrit un roman sensible de colère et d’espoir.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 5 min

Cela se passe à Scarborough, la banlieue est de Toronto. Michael et Francis sont deux frères. Leur père est parti. Leur mère, Manman, travaille durement pour tenter de leur donner une chance. Elle vient de Trinidad, ses fils sont nés au Canada. Ils boivent des bières, ils rêvent, ils se battent contre des gangs, ils se retrouvent chez Desirea’s, salon de coiffure et night-club à la fois. Jelly, le pote de Francis, y tâte des platines et invente sa musique. Descentes de flics, racisme ambiant, bagarres. Et espoir quand même. Jusqu’à ce qu’une fusillade fasse tout voler en éclats.

C’est Michael, le frère cadet, le narrateur de cette histoire de marginaux, d’exilés dans le pays qui les a vus naître. Un roman d’amour, de musique, de colère et d’espoir, écrit avec beaucoup de sensibilité, de pudeur, de retenue et de raffinement. David Chariandy était invité au Festival America de Vincennes. Nous l’y avons rencontré.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs