Sous le feu des critiques, la VRT dément vendre ses services contre rémunération

Sous le feu des critiques, la VRT dément vendre ses services contre rémunération

La VRT dément proposer ses services contre rémunération, comme l’ont pointé jeudi plusieurs médias. « Ce n’est pas exact. Nos radios s’associent avec des organisations dans le but de diffuser des émissions spéciales en direct. Ces collaborations sont en parfait accord avec notre cahier des charges », se défend le service public flamand.

D’après Het Laatste Nieuws et De Morgen, des organisations et institutions culturelles peuvent attirer l’attention des radios de la VRT contre des rémunérations allant de 1.800 à 9.750 euros. Le montant le plus élevé garantit une diffusion en direct. Pour l’association flamande des journalistes, « cela va à l’encontre de toutes les règles déontologiques ».

Sous le feu des critiques, la VRT affirme que la présentation des faits « n’est pas correcte ». « Nos rédactions, et certainement celle en charge de l’information, travaillent de manière indépendante. Ce que nos radios font, c’est s’associer à des organisations dans le but de diffuser des émissions spéciales en direct. Cela coûte plus cher qu’une émission en studio, c’est pourquoi nous partageons les coûts supplémentaires avec les organisations intéressées. »

Selon Els Van de Sijpe, manager radio, le service public confronte toute collaboration potentielle à son règlement interne.« Nous vérifions chaque fois que la mission, les valeurs et la manière de travailler de nos partenaires correspondent à celles de la VRT. Nous collaborons par ailleurs avec un large éventail d’associations, sans aucun favoritisme ».

Selon la VRT, les partenariats sont en outre «  en parfait accord avec le cahier des charges » conclu entre le service public et le gouvernement flamand.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite