Accueil Monde Europe

Cyberattaques: l’Union européenne dénonce un «acte agressif» du renseignement militaire russe

Les Pays-Bas ont annoncé jeudi avoir expulsé quatre agents russes pour avoir tenté de pirater le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à La Haye. Les États-Unis ont eux, inculpé sept agents.

Temps de lecture: 2 min

L’Union européenne a dénoncé jeudi un « acte agressif » de la part du service de renseignement militaire russe (GRU), impliqué selon Londres, Canberra et La Haye dans une série de cyberattaques, dans un communiqué commun de ses plus hauts dirigeants.

« Cet acte agressif témoigne d’un mépris pour l’objectif solennel de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) », visée par une tentative de piratage, ont écrit les présidents du Conseil européen et de la Commission, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, et la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, dans un communiqué commun.

« Nous déplorons de telles actions, qui portent atteinte au droit international et aux institutions internationales », ont-ils ajouté.

Le Royaume-Uni et l’Australie ont accusé jeudi le GRU d’avoir mené les principales cyberattaques mondiales de ces dernières années, les Pays-Bas annonçant de leur côté avoir expulsé quatre agents russes pour avoir tenté de pirater en avril dernier le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à La Haye.

Les États-Unis ont dans la foulée annoncé l’inculpation de sept agents du renseignement militaire russe pour une campagne de cyberattaques contre des instances sportives, une agence internationale et une société américaine spécialisée dans l’énergie nucléaire. Ces inculpations sont liées à l’expulsion des quatre agents russes.

Espionnite

De son côté, la Russie a réagi en accusant les pays occidentaux «  d’espionnite ».«  L’espionnite aiguë des Occidentaux prend de l’ampleur », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, affirmant qu’un « commentaire officiel » de Moscou sur ces affaires suivra.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Bachelart Bernard, jeudi 4 octobre 2018, 18:23

    Il faudra expliquer comment font les services occidentaux pour déterminer quel agent du GRU commet tel piratage alors qu'ils sont bien incapables de neutraliser les réseaux terroristes sur Internet. J'aimerais comprendre quels secrets doivent être conservés par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à l'abri des regards russes. Pourquoi les données de cette agence de l'Onu devraient être ouvertes aux Occidentaux et cachées à Moscou?

  • Posté par Rasir Yves, jeudi 4 octobre 2018, 16:12

    Jusqu'à preuve du contraire, le hacking ne tue personne. En revanche, les guerres impérialistes de l'OTAN font couler des fleuves de sang.

  • Posté par Lemaire Paul, jeudi 4 octobre 2018, 15:33

    Plus besoin d'armée. Quelques bons hackers peuvent faire le travail. Angoissant !!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs