Accueil La Une Belgique

Des marchés publics éthiques pour vêtir les agents communaux

La campagne électorale donne l’occasion aux candidats de s’engager sur un fonctionnement éthique des pouvoirs locaux. Les marchés publics liés aux vêtements de travail sont un levier original.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Salopettes, casques et gilets de sécurité s’invitent dans la campagne électorale. Les pouvoirs locaux sont en effet de gros consommateurs de vêtements de travail. En Europe, ils représentent à eux seuls la moitié de ce marché très spécifique, qui se chiffre en milliards d’euros. Une ville comme Liège consacre actuellement 350.000 euros pour habiller et équiper ses agents à travers plusieurs marchés qui s’étendent jusqu’en 2019.

Il s’agit notamment de vêtir les jardiniers, les ouvriers et les cantonniers, sans oublier les stewards urbains et les gardiens de la paix. On peut songer aussi aux hôtesses d’accueil dans les hôtels de ville, aux huissiers, aux cuisiniers mais aussi, à travers les zones de police et de secours, aux forces de l’ordre et aux pompiers. On peut ajouter à cet inventaire non exhaustif les vêtements dits « promotionnels » dont les tee-shirts utilisés dans les écoles, les associations ou lors de manifestations folkloriques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs