Grand baromètre: la N-VA poursuit sa chute

Dans cet article
Grand baromètre: la N-VA poursuit sa chute

Le malaise s’installe à la N-VA: le parti descend à 25% des intentions de vote (–1,5 point par rapport au Grand baromètre de juin). Après avoir atteint un record en mars dernier, où les nationalistes pointaient à 31,3%, le déclin, inattendu, a commencé en juin (26,5%). Il semble à présent que la chute n’est pas enrayée. Il est possible que l’affaire Schild & Vrienden, où des membres du parti ont été associés à des forums racistes ait pu jouer.

Heureusement pour les ténors du parti, ce déclin ne se répercute pas sur les cotes de popularité individuelles. Ainsi, Theo Francken reste la personnalité préférée des Flamands, et Bart De Wever conserve sa troisième place. Entre les deux, c’est le Premier ministre, Charles Michel qui occupe la deuxième position.

En revanche, le CD&V reprend des plumes: il passe de 15,3 à 17,2%. On remarquera aussi la grande forme des verts flamands, troisième parti à 14,1%, et la remontée du Vlaams Belang, à 11,3%.

Le trio de tête wallon: PS, MR, PTB

En Wallonie, le PS reste en tête et stable à 23,6%, bien loin cependant des 32% obtenus aux élections législatives de 2014. Mais 3 points devant le MR (20,6%), qui reste 5,2% en dessous de son score de 2014 et n’arrive donc pas à décoller malgré son entrée au gouvernement wallon voici plus d’un an.

A découvrir ce vendredi sur Le Soir + et dans votre journal: le top 30 des personnalités politiques belges les plus populaires et la projection en sièges de notre Grand baromètre.

Derrière les deux grands partis, c’est le PTB qui décroche la 3e place, mais à bonne distance, se situant à 13,1%. Bien en deçà, donc, des 18,9% qu’on lui prédisait voici dix mois. Puis viennent Ecolo (10,9%) et le CDH (10,1%), dans un mouchoir, le premier en baisse, le deuxième en (légère) hausse.

Quant à Défi, son ancrage au sud du pays semble se confirmer, avec 6,9%, soit son meilleur résultat depuis le scrutin de 2014 (où il n’avait obtenu que 2,4%).

Et le président Olivier Maingain parvient même à se hisser à la 3e place des personnalités politiques les plus populaires, ex aequo avec Didier Reynders (MR). Les socialistes Paul Magnette et Elio Di Rupo (qui gagne une place) occupant respectivement les première et deuxième marches du podium (mais avec 8 points d’écart entre eux).

Bruxelles: Défi gravit les échelons

Ceci est un sondage. Prudence. Et néanmoins quelques leçons. La première: Défi croît sur son terrain de prédilection, bruxellois donc. Le parti refondé par Olivier Maingain (ex-FDF, Défi a vu le jour fin 2015) s’impose à la deuxième place au classement, derrière le MR, qui, avec 19,5%, n’est pas loin devant.

Légèrement en hausse (0,5%), mais loin de leur score de 2014, les socialistes sont, eux, doublés par Défi. Derrière, avec 13,1%, Ecolo fait mieux qu’aux élections de 2014 (+2,6%). Quant au CDH, il perd 1,1% des intentions de vote par rapport à juin dernier, et se maintient tout juste au-dessus de la barre symbolique et fatidique (pour obtenir des sièges) des 5%. Enfin, le PTB recule un chouïa (0,5%) par rapport à juin, mais confirme son implantation bruxelloise.

Côté flamand, la N-VA trône. On vous passe les conséquences si cela devait se vérifier en mai 2019. Un petit détour par les voix de préférence donne à revoir le trio de tête: Olivier Maingain, Didier Reynders, Paul Magnette dans l’ordre.

Méthodologie

Cette vague de 2.543 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.000 en Flandre et 543 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 20 au 27 septembre 2018.

Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,2 à Bruxelles.

Affiliations : Esomar, Consumer Understanding Belgium.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle du vote en commission parlementaire a été accueillie avec satisfaction par les militants pour le climat qui ont quitté leur campement de la place du Trône à Bruxelles.

    Loi climat: la réforme de la Constitution, une victoire à la Pyrrhus?

  2. Skeyes annonce à nouveau un mouvement de grève
: c’est pour ce mercredi à Charleroi entre 8 et 10 heures du matin.

    Grève des contrôleurs du ciel: encore des actions ce mercredi

  3. Raymond Behr, mis à l’honneur par Philippe et Mathilde, à l’occasion de la cérémonie de commémoration au Mémorial de la guerre de Corée.

    Visite d’Etat en Corée: Philippe citoyen d’honneur, Raymond citoyen mis à l’honneur

Chroniques
  • Lettre du Brexit: «Les fantômes et les excentriques font bon ménage»

    Par Marc Roche

    Pour suivre la manifestation du « People’s Vote » en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit, je m’étais posté devant le 10 Downing Street. L’emplacement était bien choisi. Le million de marcheurs du « People’s Vote » (chiffre au pifomètre) qui défilaient entre Hyde Park et Trafalgar square dans une atmosphère joyeuse n’avaient d’yeux que pour la résidence du Premier ministre, symbole par excellence du bourbier actuel.

    Pourtant, le vrai pouvoir par ces temps tourmentés du Brexit n’est plus niché dans la modeste maison de briques au bout d’une petite rue fermée au trafic. L’élégant bâtiment de style géorgien adjacent à « Number Ten » tire dans l’ombre toutes les ficelles du largage des amarres. Seule une plaque discrète à l’entrée indique le mystérieux occupant des lieux : le Cabinet Office.

    Au confluent du « triangle d’or » monarchie-gouvernement-parlement, la haute fonction publique britannique s’enquiert peu des apparences du pouvoir. Exerçant sa mission à l’écart de la lumière des projecteurs, le...

    Lire la suite

  • Climat: Ô Miroir, suis-je du bon côté de l’histoire?

    Ceux qui, dans le monde politique, pensaient que les petits jeunes du climat et tous ceux qui protestent avec eux depuis des semaines allaient faire trois petits tours et puis rentrer à la niche, en sont pour leurs frais. Certains en ont même perdu leur boussole climatique. Ainsi le MR, qui en quelques semaines a cafouillé dans son attitude sur la loi climat et la révision de la constitution. Un ours polaire n’y retrouverait pas ses jeunes…

    La cause de ces changements de cap ? Ne cherchez pas...

    Lire la suite