Grand baromètre: la N-VA poursuit sa chute

Edition numérique des abonnés

Le malaise s’installe à la N-VA: le parti descend à 25% des intentions de vote (–1,5 point par rapport au Grand baromètre de juin). Après avoir atteint un record en mars dernier, où les nationalistes pointaient à 31,3%, le déclin, inattendu, a commencé en juin (26,5%). Il semble à présent que la chute n’est pas enrayée. Il est possible que l’affaire Schild & Vrienden, où des membres du parti ont été associés à des forums racistes ait pu jouer.

Heureusement pour les ténors du parti, ce déclin ne se répercute pas sur les cotes de popularité individuelles. Ainsi, Theo Francken reste la personnalité préférée des Flamands, et Bart De Wever conserve sa troisième place. Entre les deux, c’est le Premier ministre, Charles Michel qui occupe la deuxième position.

En revanche, le CD&V reprend des plumes: il passe de 15,3 à 17,2%. On remarquera aussi la grande forme des verts flamands, troisième parti à 14,1%, et la remontée du Vlaams Belang, à 11,3%.

Le trio de tête wallon: PS, MR, PTB

En Wallonie, le PS reste en tête et stable à 23,6%, bien loin cependant des 32% obtenus aux élections législatives de 2014. Mais 3 points devant le MR (20,6%), qui reste 5,2% en dessous de son score de 2014 et n’arrive donc pas à décoller malgré son entrée au gouvernement wallon voici plus d’un an.

A découvrir ce vendredi sur Le Soir + et dans votre journal: le top 30 des personnalités politiques belges les plus populaires et la projection en sièges de notre Grand baromètre.

Derrière les deux grands partis, c’est le PTB qui décroche la 3e place, mais à bonne distance, se situant à 13,1%. Bien en deçà, donc, des 18,9% qu’on lui prédisait voici dix mois. Puis viennent Ecolo (10,9%) et le CDH (10,1%), dans un mouchoir, le premier en baisse, le deuxième en (légère) hausse.

Quant à Défi, son ancrage au sud du pays semble se confirmer, avec 6,9%, soit son meilleur résultat depuis le scrutin de 2014 (où il n’avait obtenu que 2,4%).

Et le président Olivier Maingain parvient même à se hisser à la 3e place des personnalités politiques les plus populaires, ex aequo avec Didier Reynders (MR). Les socialistes Paul Magnette et Elio Di Rupo (qui gagne une place) occupant respectivement les première et deuxième marches du podium (mais avec 8 points d’écart entre eux).

Bruxelles: Défi gravit les échelons

Ceci est un sondage. Prudence. Et néanmoins quelques leçons. La première: Défi croît sur son terrain de prédilection, bruxellois donc. Le parti refondé par Olivier Maingain (ex-FDF, Défi a vu le jour fin 2015) s’impose à la deuxième place au classement, derrière le MR, qui, avec 19,5%, n’est pas loin devant.

Légèrement en hausse (0,5%), mais loin de leur score de 2014, les socialistes sont, eux, doublés par Défi. Derrière, avec 13,1%, Ecolo fait mieux qu’aux élections de 2014 (+2,6%). Quant au CDH, il perd 1,1% des intentions de vote par rapport à juin dernier, et se maintient tout juste au-dessus de la barre symbolique et fatidique (pour obtenir des sièges) des 5%. Enfin, le PTB recule un chouïa (0,5%) par rapport à juin, mais confirme son implantation bruxelloise.

Côté flamand, la N-VA trône. On vous passe les conséquences si cela devait se vérifier en mai 2019. Un petit détour par les voix de préférence donne à revoir le trio de tête: Olivier Maingain, Didier Reynders, Paul Magnette dans l’ordre.

Méthodologie

Edition numérique des abonnés

Cette vague de 2.543 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.000 en Flandre et 543 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 20 au 27 septembre 2018.

Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,2 à Bruxelles.

Affiliations : Esomar, Consumer Understanding Belgium.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec leurs installations faites de palettes récupérées, les créateurs du projet «
Design for everyone
».

    Des justiciers urbains contre les bancs anti-SDF à Bruxelles

  2. Grande inconnue
: la Chambre va-t-elle passer par un vote de confiance, une motion de méfiance, ou simplement accepter le principe d’un gouvernement minoritaire
?

    Crise gouvernementale: à part l’extrême droite, aucun parti ne veut des élections anticipées

  3. Le 2 décembre, entre 65.000 et 75.000 personnes défilaient à Bruxelles pour la lutte contre le réchauffement de la planète.

    COP24: climat d’apaisement entre les Régions

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite