La Chambre approuve la loi qui sort l’IVG du Code pénal mais ne le dépénalise pas

©D.R
©D.R

La Chambre a approuvé jeudi la proposition de la loi qui sort l’interruption volontaire de grossesse du Code pénal. Fruit d’un compromis au sein de la majorité, le texte fait l’objet d’un faible consensus, singulièrement sur les bancs francophones. Il a rallié le CDH mais a été fermement combattu par le reste de l’opposition ainsi qu’une partie du monde associatif.

Dans la majorité, les députés MR Kattrin Jadin et Gautier Calomne se sont abstenus. Des abstentions ont également été constatées dans l’opposition chez les écologistes flamands Anne Dedry, Evita Willaert et Stefaan Van Hecke. Le reste de l’opposition, cdH mis à part, a voté contre.

Le texte sort l’IVG du Code pénal tout en maintenant des sanctions pénales pour les femmes et les médecins si cette IVG est pratiquée hors des conditions prévues par la loi. Il conserve le délai actuel de 12 semaines de grossesse au-delà duquel l’avortement est interdit même si l’état de détresse qui motive l’acte ne devra plus être prouvé et des aménagements sont prévus pour le délai de réflexion de 6 jours. Le médecin qui refuse de pratiquer un avortement devra renseigner à la patiente les coordonnées d’un confrère qui accepte de le faire. Le texte vise par ailleurs certaines actions de militants «pro life» puisque le fait d’entraver l’accès à un établissement pratiquant l’IVG sera punissable.

Avec des accents différents, la majorité a mis en avant le progrès que représentait ce nouveau dispositif. Mais, aux yeux de l’opposition, CDH mis à part, en conservant des sanctions pénales et le délai actuel, la majorité se contente de reproduire les conditions de la loi de 1990, près de trente ans après son adoption.

La liberté de vote est de mise au MR dans les dossiers éthiques. Deux députés ont préféré s’abstenir plutôt que de voter pour le texte. Mme Jadin et M. Calomne auraient voulu des avancées plus franches dans le texte, notamment en termes de délais. «C’est un pas en avant. Nous devons continuer», a souligné la députée pour qui le débat parlementaire devra se poursuivre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite