Nouvelle loi belge sur l’IVG: les associations de femmes déçues

©D.R
©D.R

La Chambre a approuvé ce jeudi la loi qui sort l’IVG du Code pénal mais ne le dépénalise pas. Une « avancée » d’après ses promoteurs, mais une déception pour les associations de femmes qui espéraient une extension du délai légal de 12 semaines.

Après des mois de débats dans la classe politique et la société civile, la proposition de loi portée par le parti du Premier ministre a été adoptée jeudi soir par 84 voix pour, 39 contre et cinq abstentions. Aux voix des quatre partis de la majorité se sont jointes celles des élus CDH.

« Arrangement politique »

Au rayon des «avancées» vantées par les défenseurs du texte figurent la création d’un délit d’entrave visant les anti-IVG qui bloqueraient l’accès à un centre, ainsi que l’obligation pour un médecin opposé à l’avortement de recommander à la femme qui souhaite avorter un confrère susceptible de satisfaire sa demande. «C’est la politique des petits pas. Avec une majorité conservatrice c’était impossible d’aller au-delà», a déclaré à l’AFP David Clarinval, le député libéral francophone initiateur du texte.

Mais dans le mouvement laïc, les plannings familiaux et autres associations de défense des femmes, la déception s’affiche au grand jour. «C’est un arrangement politique, un compromis idéologique et le dindon de la farce ce sont les femmes et les médecins!», a protesté Sylvie Lausberg, présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique, jointe par l’AFP.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite