Etats-Unis: audience avancée pour Weinstein, difficultés possibles pour l’accusation

©AFP
©AFP

La prochaine audience dans l’affaire Harvey Weinstein a été avancée à la semaine prochaine, un changement de calendrier qui pourrait témoigner de difficultés inattendues pour l’accusation, selon plusieurs médias.

Une porte-parole de Ben Brafman, l’avocat d’Harvey Weinstein, a indiqué que la prochaine audience aurait lieu le 11 octobre, et non le 8 novembre comme initialement prévu, dans les poursuites pour viol et agressions sexuelles contre l’ex-producteur de cinéma. Contacté par l’AFP, le bureau du procureur de Manhattan n’a pas immédiatement confirmé ce changement. La porte-parole de M. Brafman a indiqué ne pouvoir donner aucune autre précision que la date de l’audience.

Doutes concernant un témoignage

Accusé d’abus sexuels par une centaine de femmes et devenu pour beaucoup l’incarnation du prédateur sexuel, il a été inculpé en mai à New York pour des agressions sur trois femmes -un viol en mars 2013 et des fellations forcées en 2004 et en 2006-. Il risque la prison à vie.

Selon certains médias américains, des doutes seraient apparus sur la crédibilité du témoignage d’une des trois femmes à l’origine de l’inculpation de M. Weinstein.

Selon le New York Post et le site spécialisé dans l’information sur les célébrités TMZ, citant des sources policières, le principal enquêteur de l’affaire au sein de la police new-yorkaise ferait désormais lui-même l’objet d’investigations pour n’avoir pas signalé au procureur un témoignage qui contredirait celui de Lucia Evans. Cette femme de 36 ans accuse Harvey Weinstein de fellation forcée quand elle était aspirante actrice en 2004.

Le témoin -un responsable de casting, selon TMZ- aurait affirmé que Lucia Evans lui avait dit avoir fait une fellation au producteur hollywoodien pour obtenir un rôle, alors qu’elle a affirmé aux enquêteurs qu’il l’avait forcée. La police new-yorkaise n’a pas immédiatement confirmé ces informations. Si elles s’avéraient exactes, elles pourraient aller jusqu’à entraîner l’abandon des chefs d’inculpation liés à cette accusatrice, selon le New York Daily News.

M. Weinstein, 66 ans, a toujours assuré que ses relations sexuelles étaient consenties.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite