Un fonctionnaire européen condamné pour une agression antisémite

Les faits se sont produits le 16 juillet 2015, peu avant minuit, sur la terrasse d’un café du quartier européen.
Les faits se sont produits le 16 juillet 2015, peu avant minuit, sur la terrasse d’un café du quartier européen. - Sylvain Piraux.

Le 21 septembre dernier, le tribunal de première instance de Bruxelles a condamné un fonctionnaire européen pour incitation à la haine, et coups et blessures à caractère antisémite. L’homme avait insulté et frappé au visage, à l’aide d’une plaque à l’effigie de Mussolini, une autre fonctionnaire européenne, la traitant de « sale Juive ».

Lorsque celle-ci lui a objecté que Mussolini était « un dictateur », l’individu a insulté la dame et proféré des menaces, comme : « Vous auriez tous dû être tués. » Avec sa plaque, il a frappé la victime à la tête et a tenté de l’étrangler, lui causant un trauma crânien, une commotion cérébrale et des douleurs sur la partie droite de la tête.

Le prévenu a été condamné à une peine probatoire de trois ans, durant laquelle il doit suivre une thérapie contre sa dépendance à l’alcool et une formation à la tolérance et à la lutte contre l’antisémitisme. Au civil, il est condamné à verser 500 euros de dommage moral à la victime et un euro symbolique à Unia.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Tout le désarroi de Pauline Leclef et de l’ensemble des Red Panthers.

    Euro de hockey: terrible désillusion pour les Red Panthers

  2. Le CEO d’AET, Yves de la Rivière, montre son domaine au jeune député Hannes Anaf (SP.A) lors d’un stage d’été organisé par le Voka.

    Flandre: une journée pour réconcilier patrons et députés

  3. Conscients que les petites bonbonnes de protoxyde d’azote attirent certains jeunes, des commerçants n’hésitent pas à les placer de façon bien visible sur leur comptoir.

    Un gaz hilarant qui ne fait pas vraiment rire tout le monde

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite