Publifin : Josly Piette n’a pas démissionné du Conseil d’Administration

© Belga
© Belga

Josly Piette (cdH), bourgmestre de Bassenge (province de Liège), est toujours vice-président du Conseil d’Administration de l’intercommunale Publifin. S’il a bel et bien exprimé son intention de démissionner, lors du CA qui s’est tenu vendredi dernier, la présidente a refusé de l’acter, a-t-il assuré ce lundi.

Dans le cadre du débat qui a eu lieu au sujet de la désignation de Dominique Drion et d’André Gilles au sein des conseils de Publipart et de Publilec, sociétés filiales de Nethys, le bras opérationnel de Publifin, Josly Piette explique avoir déposé un texte afin de faire une mise au point sur les accusations à son égard en lien avec la désignation de Dominique Drion. Texte qu’il précise avoir lu en fin de CA.

Sous le couvert de l’anonymat, il semble en effet qu’un administrateur de Publifin ait accusé M. Piette d’avoir oeuvré à la désignation de M. Drion, ce qu’il réfute.

Drion fâché

«Je m’inscris totalement en faux par rapport à cette affirmation. La proposition de M. Drion comme administrateur chez Publipart découle d’une proposition faite par les actionnaires dits «de la catégorie A», en l’occurrence la seule Publilec, elle-même contrôlée majoritairement par Nethys et différentes villes et communes. Je ressors pour ma part de la Socofe, actionnaire dit «de catégorie B», tout comme Belfius. Je n’ai donc en aucune manière été sollicité pour valider la proposition de Dominique Drion au sein de Publipart», a-t-il affirmé dans le texte qu’il a lu à la fin du conseil de vendredi.

Josly Piette ajoute s’être «fâché» vis-à-vis de l’anonymat dudit administrateur et a souhaité que celui-ci se dévoile. «Personne n’a eu le courage de le faire. J’ai alors précisé qu’il m’était impossible de travailler dans ces conditions et j’ai annoncé ma démission. Mais la présidente l’a refusée et n’en a pas pris acte. Alors, par respect pour la présidente qui fait du bon travail, j’ai ajouté que je réservais ma décision jusqu’à un entretien en tête à tête avec la présidente», explique M. Piette.

Cet entretien n’est pas encore fixé mais il devra forcément avoir lieu avant le prochain CA de Publifin, dont la date n’a pas non plus été arrêtée.

Josly Piette, ancien syndicaliste et bourgmestre de Bassenge depuis 2006, ne se présente pas aux élections du 14 octobre prochain.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite