Charles Michel: «Les hausses des prix de l’électricité devront être facturées à Engie Electrabel»

Face aux députés, Charles Michel a détaillé les grandes lignes de son programme pour cette fin de législature, avant les élections fédérales de mai 2019. Il s’agit du cinquième discours sur l’État de l’Union du Premier ministre.

« Gouverner un pays c’est gravir de nombreuses collines. En 4 ans nous avons beaucoup réformé », a en premier déclaré Charles Michel qui présente le plan du gouvernement pour les 7 prochains et derniers mois à venir.

L’emploi

« Nous avons fait le choix de la relance économique à long terme », a expliqué Charles Michel. Et de donner en exemple, le taux d’épargne des particuliers qui se renforce. «  On va stimuler davantage les investissements. Nous avons de l’argent pour les personnes qui créent de l’emploi ».

« Le taux de chômage n’a jamais été aussi bas depuis 1981 » a poursuivi Charles Michel

« Nous avons créé des jobs pour 219.000 personnes supplémentaires. « Jobs, jobs, jobs, c’est une obsession »

Après chacune de ses interventions, Charles Michel est chaleureusement applaudi.

L’électricité

Charles Michel a pointé du doigt la mauvaise gestion d’Engie Electrabel dans la gestion du parc nucléaire et le risque de pénurie.

« La gestion du parc nucléaire par Electrabel a manqué de la plus élémentaire prévoyance. Nous utiliserons tous les moyens de droit pour défendre les consommateurs. Les hausses des prix devront être facturées à Electrabel et à Engie », poursuit Charles Michel.

Le Premier ministre dit aussi qu’il y a eu la confirmation via Angela Merkel que l’Allemagne apportera tout son soutien pour importer de l’électricité en Belgique depuis l’Allemagne.

Charles Michel confirme que la Belgique sortira bien du nucléaire « à un rythme réaliste et avec le monitoring qui s’impose ».

Les soins de santé

Le Premier garantit l’accès à des soins de santé pour chacun.

Migration

« Humanité et fermeté. Solidarité et réalisme. Nous poursuivrons notre lutte contre l’immigration illégale », enchaîne Charles Michel. « 300 places supplémentaires seront créées en centres fermés ».

Les pensions

« Nous avons revalorisé les plus petites pensions ».

Les « fake news »

Charles Michel a conclu en disant que les citoyens peuvent déterminer le cap qu’ils veulent que la Belgique peut prendre en allant voter pour les élections communales ce dimanche.

Le Premier ministre, Charles Michel, a exhorté lundi les citoyens a accomplir leur devoir démocratique en se rendant aux urnes dimanche. A ses yeux, l’information revêt une importance accrue en ces temps d’incertitude démocratique. Il a donc annoncé la création d’un fonds destiné au « fact checking ».

« Je veux appeler chacun à participer pleinement aux élections du 14 octobre. Avec conviction. Mon message s’adresse certainement aux jeunes qui iront voter pour la première fois. Informez-vous et faites un choix ! En connaissance de cause. La démocratie ne vit que si l’on y participe », a-t-il dit.

Sans la nommer explicitement, le chef du gouvernement a évoqué la montée du populisme en Europe.

« Partout en Europe, il y a des gens incertains ou qui ont peur de l’avenir. Chaque jour, il y a un nouveau buzz, une nouvelle polémique. Nous tombons trop souvent dans le piège des fake news, sans toujours vérifier si c’est correct (…) Veut-on un monde dans lequel les démocrates ne géreront plus longtemps la démocratie ? Le fact checking est essentiel dans une société fondée sur des valeurs et des libertés », a-t-il expliqué.

« Nous ne craignons pas l’objectivité des faits. Au contraire, nous la souhaitons », a-t-il ajouté.

Un fonds destiné à soutenir des projets de « fact checking » (vérification des faits) sera créé sous peu.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite