Accueil Belgique

Au Québec, le joual prend l’accent de l’immigration

Le parler traditionnel des Montréalais a beaucoup évolué ces dix dernières années au contact des migrants.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Depuis Montréal

Il existe un pays, le Québec, où les blasphèmes, les tabernacles (prononcez Tabernak), calices et autres osties sont le quotidien des expressions parlées. C’est dans La Belle province que les Québécois parlent le joual. Le mot « joual », qui signifie « cheval », serait né dans les années 1950. Il a été popularisé par l’écrivain québécois Michel Tremblay dans sa pièce de théâtre Les belles-soeurs. Au Québec, on parle traditionnellement un français mâtiné d’anglais et des très nombreuses langues amérindiennes. « Tires-toi une bûche, mon chum (prends une chaise, mon ami) », disait récemment une quadra québécoise dans un bar montréalais.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs