Accueil Économie Entreprises

Enquête Remunero: un mandat... à 67 centimes par an

Certains administrateurs ne sont pas rémunérés pour leur mandat ou presque pas.

Enquête - Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

On assimile trop souvent mandat rémunéré à juteux pactole. Mais il existe des mandats avec lesquels il ne serait même pas possible de s’offrir un sandwich. Cas extrême : Luc Gennart, échevin MR à la ville de Namur. Il est également membre du comité de contrôle à l’Inasep (intercommunale namuroise de services publics). Mandat rémunéré qui lui a rapporté… 0,67 euro en 2017. Pour couvrir ses frais de déplacement. « J’habite à deux kilomètres de l’Inasep, explique l’intéressé. Quand on dit que j’ai trois mandats rémunérés en plus de mes mandats électifs, il y en a donc un à 67 centimes ». Luc Gennart siège également au CHR Sambre et Meuse (qui ne publie pas le détail des rémunérations de ses administrateurs) et au sein de Carad, un bureau d’analyse sanguine. « Une ASBL qui va disparaître prochainement », conclut M. Gennart.

Parmi les 5.436 mandats étudiés, nous en avons trouvé huit à moins de 10 euros. Trois à l’Inasep, un chez Nosbau, et les quatre autres au sein du groupe liégeois Ecetia. Le président de la Province de Liège, Paul-Emile Mottard (PS), a par exemple perçu, en 2017, la somme de 4,03 euros chez Ecetia Collectivités et de 4,03 euros chez Ecetia Finances. Malgré un taux de présence nul. Précisons que M. Mottard a démissionné de ces deux mandats dès la fin janvier 2017, et qu’il n’aurait dès lors pu assister qu’à une seule réunion.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière