Près de 40% des Belges ne se rendraient plus aux urnes si le vote n’était pas obligatoire

Dans cet article
Edition numérique des abonnés

Plus d’un Belge sur trois n’irait pas voter s’il n’y était pas obligé, selon notre Grand baromètre Le Soir – RTL Info – Ipsos, qui publie les résultats du sondage mardi.

Si le vote n’était plus obligatoire en Belgique, tant aux élections communales qu’aux législatives, les abstentionnistes seraient précisément 38 %. Actuellement, les réfractaires ne sont pas plus de 10 % (au risque, d’ailleurs, de sanctions pénales).

Sans obligation, les Flamands seraient enclins à 63 % à se rendre aux urnes pour les communales et à 64 % pour les législatives. Les Bruxellois connaissent un degré de motivation très comparable aux Flamands : 62 % effectueraient leur devoir citoyen pour les communales et 64 % pour les législatives. En revanche, les Wallons sont légèrement en retrait par rapport aux autres régions : ils ne seraient que 58 % à voter aux législatives et 59 % aux communales.

► On dit souvent que l’électeur est plus souvent attaché aux élections locales qu’aux scrutins nationaux. Retrouvez tous les détails de ce sondage dans notre analyse à lire sur Le Soir+.

Méthodologie

Edition numérique des abonnés

Cette vague de 2.543 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 1.000 en Wallonie, 1.000 en Flandre et 543 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 20 au 27 septembre 2018.

Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,2 à Bruxelles.

Affiliations : Esomar, Consumer Understanding Belgium.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :grand baromètre politique|Élections locales|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce luni.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite