Séisme et tsunami en Indonésie: l’aide belge a dépassé le million d’euros récolté

Une semaine après le lancement de l’appel national du consortium 12-12 aux dons pour les victimes du séisme et du tsunami en Indonésie, plus d’un million d’euros a été récolté, annonce-t-il mardi.

Le consortium, qui rassemble 7 organisations d’aide humanitaire et d’urgence, parle d’une «  barre symbolique » franchie. Les dons alloués par le gouvernement flamand (250.000 euros) et celui de la province du Brabant Wallon (25.000 euros) sont compris dans ce total, encore appelé à grossir puisque l’appel aux donc reste plus que jamais d’actualité.

«  Nos membres présents sur place concentrent actuellement leurs actions sur les besoins les plus urgents : distribution de vivres, eau potable, amélioration des conditions d’hygiène et sanitaires, soins de santé et protection des groupes vulnérables (enfants, femmes) », note le consortium mardi.

Les besoins en eau potable criants

Le réseau de distribution d’eau ayant été fortement endommagé par le séisme et le tsunami, les besoins en eau potable sont criants sur place, que tentent de pallier notamment Oxfam, avec l’envoi de camions-citernes sur place ainsi que de kits de purification de l’eau. Caritas International, Plan International et la Croix-Rouge veillent notamment à acheminer des vivres (riz, conserves) ou encore des couvertures et des seaux là où il est possible d’accéder. L’action comprend aussi, notamment via la Croix-Rouge indonésienne, l’installation de cliniques mobiles. L’accès aux zones les plus reculées reste un problème, alors que des milliers de personnes sont encore portées disparues.

L’île indonésienne des Célèbes a été ravagée le 28 septembre par un séisme suivi d’un tsunami, qui ont fait, selon le dernier bilan local connu, au moins 2.000 morts. Palu, capitale de la province de Sulawesi central, a été sévèrement touchée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite