Le premier «refuge» LGBT de Belgique ouvre ses portes à Bruxelles

Photo d’illustration ©D.R
Photo d’illustration ©D.R

Le «refuge», un lieu d’hébergement et d’accompagnement de jeunes de 18 à 25 ans expulsés de chez eux et livrés à eux-mêmes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, a officiellement ouvert ses portes mardi à Bruxelles, en présence du bourgmestre Philippe Close. Le projet, inspiré d’un modèle qui a fait ses preuves en France, est une première en Belgique, où il est parrainé par l’acteur David Murgia et Lukas Dhont, réalisateur du film «Girl».

«Nous nous concentrons sur des jeunes qui ne savent plus où aller et qui risquent de se trouver en danger dans des milieux tels que ceux de la prostitution et de la drogue», détaillent les responsables du projet. «La maison arc-en-ciel, qui rassemble plusieurs dizaines d’associations du secteur LGBT bruxellois, est sollicitée au moins une fois par semaine par un jeune en situation d’exclusion», illustre Dimitri Verdonck de l’association Culture et Progrès, qui est à la base de l’initiative.

Incertitudes pour l’avenir

Au sein de la structure, qui peut accueillir actuellement quatre personnes mais a l’ambition de s’agrandir, les jeunes vulnérables trouveront un toit ainsi qu’un soutien en matière de santé, juridique ou encore sociale. «Nous avons mesuré l’ampleur de la problématique, que nous connaissions mal, grâce aux porteurs du projet. Nous apprenons à connaître les besoins de ces personnes», a commenté le bourgmestre de Bruxelles.

La Ville a investi 50.000 euros dans le refuge. L’association dispose d’un budget suffisant pour cette année, mais il n’y a pas encore de certitudes pour les deux suivantes. Le coût annuel de l’organisation est évalué à 250.000 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous