Don d’organes et don du corps : faire connaître son choix

Don d’organes et don du corps : faire connaître son choix

Le saviez-vous ? Tous les Belges – et tous les citoyens résidant en Belgique depuis au moins six mois - sont en mesure de sauver des vies. Depuis 1987, la loi stipule que le don d'organes peut se faire même sans le consentement du défunt. Sauf si ce dernier a fait signifier explicitement son refus par écrit en remplissant un document ad hoc auprès de son administration communale.

Et depuis le 25 février 2007, la loi a aussi abrogé la possibilité pour des parents au premier degré de faire opposition. Au sens strict du terme, la famille d’un donneur potentiel ne peut donc plus s’opposer au prélèvement. Toutefois, dans la réalité, ce n’est pas toujours aussi simple. Un rapport d’Health Belgium sur les transplantations d’organes précise ainsi que 14.2 % des greffes refusées en 2017 l’ont été suite à l’opposition des proches.

Créez votre compte Le Soir pour continuer à lire les articles gratuits en illimité

*En validant ce formulaire, vous acceptez que Le Soir traite vos données à caractère personnel pour les finalités suivantes : création et gestion de votre compte. Ces données seront également utilisées en fonction des options choisies à des fins de marketing et de ciblage publicitaire. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de limitation, de suppression, d’opposition, de rectification et de portabilité des données personnelles vous concernant. Pour de plus amples informations, consultez notre Politique de protection de la vie privée.

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous