Plusieurs associations appellent à manifester après le suicide d’un migrant à Vottem

Plusieurs associations appellent à manifester après le suicide d’un migrant à Vottem

Plusieurs associations ont lancé mardi un appel à manifester samedi autour du centre fermé de Vottem après avoir appris le suicide d’un migrant d’origine érythréenne. Pour l’Office des étrangers, le passage à l’acte de cet individu ne dit rien sur les conditions de vie dans le centre, jugées « excellentes ».

Le suicide aurait eu lieu au cours de la nuit passée. La personne était enfermée depuis environ quatre mois et souffrait énormément de sa détention, selon un communiqué signé par Médecins du Monde, le Ciré, le CNCD 11.11.11, la Ligue des droits de l’homme, le CRAPCE (Collectif de résistance aux centres pour étrangers), le CRER (Collectif contre les rafles et les expulsions) et la Plateforme de soutien aux réfugiés. Plusieurs témoignages le décrivent comme très dépressif et s’alimentant très peu, ajoutent les associations.

Freddy Roosemont, directeur général de l’Office des étrangers, confirme le suicide à Vottem d’un homme venant d’Erythrée. « Il possédait un permis de séjour en Bulgarie, où il avait été reconnu comme réfugié », explique-t-il. « Mais il n’était pas disposé à retourner en Bulgarie. »

« Politique de traque »

Les détenus de Vottem sont sous le choc. Beaucoup ont refusé de s’alimenter aujourd’hui, d’après les associations.

Ces dernières dénoncent le résultat « de la politique de traque » menée par le gouvernement fédéral.

« Après la petite Mawda, après ce jeune fauché en traversant une autoroute pour fuir la police, après ce suicide, qui sera la prochaine victime de cette politique ? », demandent-elles.

M. Roosemont souligne, lui, que l’incident ne dit rien sur les conditions de vie dans le centre fermé. « Des organisations indépendantes effectuent régulièrement des audits du centre fermé. Les conditions de vie à Vottem ont été reconnues comme excellentes », poursuit-il. « Des milliers de personnes passent chaque année par l’institution. Il n’est donc pas irréel qu’une meurt. »

Le rassemblement autour du centre de Vottem est annoncé samedi à 15h00.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite