44 perquisitions, plusieurs personnalités interpellées, soupçons de fraude: séisme dans le foot belge

Le parquet fédéral confirme que 44 perquisitions ont été effectuées ce matin dans tout le pays dans le cadre d’une enquête fédérale sur de possibles fraudes financières dans le football belge. Le parquet fédéral a également confirmé les interpellations et auditions de Herman Van Holsbeeck, ancien dirigeant d’Anderlecht, de l’actuel entraîneur de Bruges, Ivan Leko, et des arbitres Bart Vertenten et Sébastien Delferière. Auparavant, le parquet fédéral avait déjà confirmé l’interpellation de Mogi Bayat, l’un des principaux agents de joueur dans le monde du football belge. L’enquête concerne de possibles faits d’organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption privée dans le cadre de la division 1A de football.

L’Union Belge de Football a réagi en cours de journée par le biais d’un communiqué. « L’URBSFA a pris connaissance de l’enquête judiciaire, qui a été dévoilée ce mercredi 10 octobre et qui concerne différents acteurs du football belge. Si la Fédération Belge de Football est amenée à apporter sa contribution à la dite enquête, elle le fera bien évidemment en toute transparence. L’URBSFA ne fera, à ce stade et par respect pour la procédure en cours, aucun autre commentaire à cet égard. »

Les recherches de ce matin sont effectuées aux sièges de plusieurs clubs de football actifs en Pro League : Anderlecht, Standard, Bruges, Genk, Gand, Courtrai, Lokeren, Ostende, et Malines. Au Standard, des contrats liés à des transferts impliquant Mogi Bayat (Obbi Oulare, Michel Preudhomme, Dino Arslanagić) ont été saisis. Le club Liégeois a communiqué à ce sujet. « Au terme de deux heures, les enquêteurs sont repartis en possession de tous les documents dont ils ont fait la demande spécifique », a indiqué le club. « Par sa collaboration étroite, le Standard de Liège entend aider la justice au mieux dans l’avancement de son enquête et espère que toute la lumière sera faite très rapidement », conclut le communiqué.

Des perquisitions sont également effectuées chez des responsables de clubs de football, chez des agents de joueurs, chez des arbitres, chez un ancien avocat (selon Het Nieuwsbald, il s’agirait de l’ex-avocat d’Anderlecht Laurent Denis), dans un bureau comptable, chez un entraîneur, chez des journalistes et chez quelques complices éventuels.

Westerlo a porté plainte contre Mogi Bayat en 2017

Le club de Westerlo, qui évolue actuellement en division 1B, a porté plainte l’année dernière contre Mogi Bayat pour fraude à la compétition, confirme mercredi son président Herman Wynants, sans commenter davantage l’affaire.

Westerlo a porté plainte auprès du parquet fédéral à Bruxelles à la suite du match Courtrai-Mouscron, que le club campinois estime truqué. Mouscron devait gagner ce match pour pouvoir se maintenir en division 1A, ce que les Hurlus ont réussi. Cette victoire avait entraîné la relégation de Westerlo en division 1B. Selon Het Laatste Nieuws, Mogi Bayat comptait plusieurs joueurs de Courtrai et de Mouscron dans son portefeuille de clients.

13 perquisitions à l’étranger

Parallèlement, à la demande du juge d’instruction, 13 perquisitions sont également effectuées à l’étranger, notamment en France, au Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine. Ces opérations simultanées à l’étranger sont coordonnées par Eurojust.

L’enquête fédérale a débuté à la fin de 2017, à la suite d’un rapport de l’Unité des fraudes sportives de la police fédérale. Elle mettait au jour des indications de transactions financières suspectes en D1A. Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place ces transactions. Elles dissimulaient aux autorités belges et aux autres parties impliquées des commissions qui portaient notamment sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d’autres paiements.

Réactions de la Pro League et de Mehdi Bayat

Pierre François, administrateur-délégué de la Pro League, a réagi sur cette vague de perquisitions et d’interpellations : « C’est préoccupant pour l’image du football belge. Personnellement, je ne suis au courant de rien et il ne se passe rien chez nous », a-t-il ajouté. « J’attends des éclaircissements avant de me prononcer davantage. »

Mehdi Bayat, dirigeant du Sporting de Charleroi, dit « tomber des nues » à propos de l’interpellation de son frère Mogi. Dans des propos rapportés par L’Avenir, il indique n’avoir « aucune idée de ce qu’il se passe actuellement » et confirme que « Charleroi n’a rien à voir avec cette affaire, c’est pourquoi il n’y a pas eu de perquisitions. ».

L’avocat Walter Van Steebrugge assurera la défense d’Ivan Leko. Il a indiqué ne pas savoir ce qu’il en est pour l’entraîneur du Club de Bruges, qui pourrait être interrogé en tant que témoin dans ce dossier. Il précise que les documents saisis au Club de Bruges concernent « les contacts entre les joueurs et les agents ».

Les dernières informations en direct :

(Le lien sur mobile)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite