Un grand résistant devenu un grand marchand

« Texturologie XVIII (Fromagée) » par Jean Dubuffet vendue 297.000 euros.
« Texturologie XVIII (Fromagée) » par Jean Dubuffet vendue 297.000 euros. - Sotheby’s

« Sans Titre (double face) »  par Simon Hantaï a été achetée 465.000 euros !
« Sans Titre (double face) » par Simon Hantaï a été achetée 465.000 euros ! - Sotheby’s

Pour celui qui clame n’avoir « commis d’autre exploit que de celui de rester libre », la vente chez Sotheby’s n’était que le rappel d’une des vies, mais peut-être celle qui l’a le plus passionné, de ce bras droit de Jean Moulin. Et c’est ce dernier qui l’entraîna dans le monde du marché de l’art. À l’été 1942, Jean Moulin, par ailleurs déjà collectionneur, se déclare aux autorités de Vichy comme galeriste à Nice. Il y ouvre ainsi la galerie Romain et prend Daniel Cordier comme assistant. Une couverture qui hélas n’épargnera pas Moulin, mais qui donnera le virus de l’art à Cordier. Après la Libération, ce dernier ouvrira une première galerie rue de Duras à Paris, à un jet de pierre de l’Elysée. Deux ans plus tard, il ouvre un second espace à Francfort et, enfin, un troisième sur Madison Avenue à New York. Mais l’aventure se termine en 1964 et il troque le métier de galeriste pour celui de collectionneur et de philanthrope, puisqu’il offrit près d’un millier d’œuvres d’art entre 1970 et 2015 à l’Etat français, et surtout au Centre Georges Pompidou, dont il fut l’un des fondateurs. Entretemps, il poursuivit une carrière d’historien et d’écrivain.

Sotheby’s

« Shoulder to shoulder »  par Alfonso Ossorio changea  de mains contre 285.000 euros, sur la base d’une estimation de 10.000 à 15.000 euros !
« Shoulder to shoulder » par Alfonso Ossorio changea de mains contre 285.000 euros, sur la base d’une estimation de 10.000 à 15.000 euros ! - Sotheby’s

La vente du 27 septembre se veut comme un hommage au grand homme aujourd’hui âgé de 98 ans ! Etant donné la somme de chefs-d’œuvre offerts à la France, il ne fallait pas espérer y trouver des œuvres de tout premier plan, d’autant que celles-ci sont rarement proposées à Paris en septembre… Le prix le plus fort, soit 465.000 euros, alla à une huile sur toile de Simon Hantaï de dimensions moyennes. Exécutée en 1973, elle était estimée entre 70.000 et 100.000 euros. Vient ensuite une œuvre de Jean Dubuffet, un artiste cher à Daniel Cordier. En effet, jugeant sa première galerie parisienne un peu étroite, il la quitta pour un espace plus vaste rue de Miromesnil qu’il inaugura avec une exposition de l’artiste qui restera dans les annales et qui s’intitulait Célébration du sol. Cette nouvelle galerie lui permit de présenter le premier en France le travail de Robert Rauschenberg et d’autres artistes internationaux. Mais revenons à l’œuvre proposée par Sotheby’s qui avait été originellement vendue dans sa galerie de Francfort et pour laquelle les experts de Sotheby’s espéraient entre 200.000 et 300.000 euros. Pari gagné à 297.000 euros. Alfonso Ossorio, dont six pièces étaient cataloguées, a surpris puisque toutes les estimations se sont envolées. Le dépassement le plus spectaculaire va à une technique mixte sur panneau exécutée en 1967 et intitulée Shoulder to shoulder. Estimée entre 10.000 et 15.000 euros, l’on en offrit 285.000 euros ! Daniel Cordier avait rencontré cet artiste américain d’origine philippine, qu’il exposera à plusieurs reprises et qui sera exposé au MoMA aux côtés de Dubuffet en 1961.

« Ahurissement » par Bram Bogart payé 37.500 euros, sur la base d’une estimation de 5.000 à 7.000 euros !
« Ahurissement » par Bram Bogart payé 37.500 euros, sur la base d’une estimation de 5.000 à 7.000 euros ! - Sotheby’s

Bram Bogart

La vente incluait quatre œuvres de notre compatriote Bram Bogart. Toutes dataient de la fin des années 1950 et les résultats furent à la hauteur de la qualité de ces pièces, toutes estimées un peu facilement entre 5.000 et 7.000 euros. La première fut payée 32.500 euros ex æquo avec la quatrième, la deuxième, 22.500 euros et la troisième 37.500 euros. L’intérêt de ces ventes avec une provenance importante permet parfois de replacer certains artistes dans le contexte d’une collection plus importante et il n’est pas certain que des prix aussi importants auraient été enregistrés en Belgique pour des pièces de cet artiste dont la production des années 1950 n’est pas toujours regardée à sa juste valeur…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Le fantasme des apôtres de la sécurité publique
: plus on pourra scanner les foules et identifier des suspects, plus la criminalité reculera. Encore faudrait-il que le système soit performant.

    Grand format – Le délit de sale gueule de la reconnaissance faciale

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite