Accueil La Une Opinions

Que pèsent les «élans du cœur» aux yeux de la justice?

Une mère qui envoie de l’argent à son fils parti se battre en Syrie. Des citoyens qui hébergent illégalement des migrants. Des faits sans rapport et de gravité différente, mais qui ont le même ressort : la compassion. Une notion juridiquement friable…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Véronique Loute, la mère du djihadiste belge Sammy Djedou, a une nouvelle fois été entendue par la juge belge en charge du dossier des attentats de Paris. L’argent qu’elle avait envoyé à plusieurs reprises à son fils parti combattre en Syrie – 65.000 euros en plusieurs virements, jusqu’en mars 2015 – aurait en effet pu servir à financer les attentats de Paris, dont Djedou pourrait être un des cerveaux.

Pour sa défense, Mme Loute a toujours expliqué qu’elle envoyait l’argent à son fils, « et uniquement à lui », « pour qu’il puisse subvenir aux besoins de sa famille, de sa femme et de ses deux enfants ». Et de préciser : « Jamais je n’ai envoyé d’argent en me disant que c’était pour acheter des armes ou pour financer des attentats »…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs